National
18:23 18 août 2020 | mise à jour le: 19 août 2020 à 11:59 temps de lecture: 3 minutes

Transports en commun: l’aide gouvernementale insuffisante, convient le ministre Bonnardel

Transports en commun: l’aide gouvernementale insuffisante, convient le ministre Bonnardel
Photo: Josie Desmarais/MétroLe ministre des Transports du Québec, François Bonnardel

Le ministre des Transports François Bonnardel admet que le réseau de transports en commun du Québec manque d’oxygène. Mardi, il a confirmé que l’aide gouvernementale de 400 M$ débloquée en juin «ne sera pas assez».

«Je travaille très fort pour être capable de supporter les sociétés financièrement – encore plus –  d’ici la fin-2021», a indiqué l’élu de Granby lors de l’étude des crédits budgétaires de son Ministère (MTQ).

Québec et Ottawa ont annoncé à la mi-juin une enveloppe de 400 M$ pour les organismes de transport collectif, frappés de plein fouet par la crise sanitaire. Confinement oblige, des groupes comme la Société de transport de Montréal (STM) et la STL ont vu leur achalandage, donc leurs revenus, fondre comme neige au soleil durant les mois de mars, avril et mai.

Déjà en juin, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui ne couvre que Montréal et ses couronnes, prévoyait des pertes financières de 523 M$ pour cette année.

Talonné par les questions par la députée de Québec solidaire, Ruba Ghazal, le ministre Bonnardel a soutenu qu’il souhaitait débloquer de nouveaux fonds «rapidement».

«Je ne peux pas abandonner les sociétés de transport.» – François Bonnardel, ministre des Transports

Malgré le déconfinement, le député de la Coalition avenir Québec n’a pas constaté de «retour à la normale» dans les entreprises de transport collectif. «On utilise très peu les transports en commun. Je veux redonner confiance aux gens», a-t-il signalé.

Durant la pandémie, la STM évaluait ses baisses d’achalandage à environ 90%.

Coûts du pont-tunnel

Le ministre des Transports a par ailleurs tenu à assurer qu’il n’y avait pas eu de dépassements de coûts dans le cadre de la réfection à venir du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.

Les travaux à venir sur cet important lien entre Montréal et la rive-sud devaient en premier lieu coûter «plus de 500 M$». Or, après le retrait d’un consortium du processus d’appel d’offres en mai dernier, le MTQ a dû reprendre le processus.

Le nouveau groupe de promoteurs, Renouveau La Fontaine, a finalement signé un contrat de 1,1 G$ à la fin du mois de juillet.

«J’informe la commission qu’un de mes prédécesseurs, [le ministre libéral] Laurent Lessard, a dit que le tunnel allait coûter plus d’un milliard», a soutenu mardi l’actuel ministre des Transports.

«On se doit d’entamer les travaux le plus rapidement possible», a ajouté M. Bonnardel. C’est en 2022 que les «entraves majeures», comme la fermeture de voies, perturberont la circulation quotidienne des quelque 120 000 véhicules dans le pont-tunnel.

Articles similaires