National
15:28 3 septembre 2020 | mise à jour le: 3 septembre 2020 à 17:14 temps de lecture: 2 minutes

COVID-19: il y aura des données officielles sur les infections dans les écoles

COVID-19: il y aura des données officielles sur les infections dans les écoles
Photo: Josie Desmarais/MétroLe premier ministre François Legault

Dans le noir depuis la rentrée, les parents auront bientôt accès à des données précises sur les éclosions de COVID-19 dans les écoles. Le gouvernement du Québec les publiera «dans les prochains jours», a confirmé jeudi le premier ministre François Legault.

«On est en train de s’arrimer avec les centres de service pour avoir l’information la journée-même», a assuré l’élu de la Coalition avenir Québec, lors d’un point de presse à Saint-Raymond, près de Portneuf.

Depuis la rentrée, la semaine dernière, la Santé publique nationale n’avait publié aucune donnée publique ventilée sur la transmission dans le réseau scolaire. Un père de famille a même entrepris de comptabiliser les éclosions sur un site Web, COVID Écoles Québec.

«On ne sait pas si ces données sont fiables, a rétorqué jeudi le premier ministre. J’invite les Québécois à être patients.»

De nombreux établissements, dont plusieurs à Québec et Montréal, ont rapporté des éclosions depuis la rentrée. Mercredi, la Santé publique de la Capitale-Nationale confirmait qu’une éclosion dans un bar avait touché au moins trois écoles.

Mais le premier ministre persiste et signe: «on s’attendait à des cas dans les écoles. Pour l’instant, on peut dire que c’est encore sous contrôle.»

Il se réjouit d’avoir procédé par classe-bulle pour commencer l’année. «Comme ça on a juste à fermer une classe plutôt qu’à fermer l’école», a ajouté M. Legault.

Les bars restent ouverts… pour le moment

Malgré les éclosions dans le milieu scolaire causées par une taverne de Québec, le premier ministre n’exclut pas pour le moment de refermer tous les bars d’un coup. Ces établissements sont parmi les derniers à s’être déconfinés, fin juin.

«Est-ce qu’on doit revenir sur cette décision? Pour l’instant, non», a souligné le premier ministre.

Comme son ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, le mentionnait en juillet, M. Legault convient qu’il sera peut-être nécessaire de punir des établissements au cas par cas.

Articles similaires