National
16:34 18 octobre 2020 | mise à jour le: 18 octobre 2020 à 16:35 temps de lecture: 3 minutes

Préposés aux bénéficiaires: un rapport fait état d’iniquité salariale

Préposés aux bénéficiaires: un rapport fait état d’iniquité salariale
Photo: Archives Métro

Dans un rapport indépendant, l’Association des ressources intermédiaire d’hébergement du Québec (ARIHQ) soulève un problème d’iniquité salariale au sein du système de santé.

Pour un travail équivalent, les préposés aux bénéficiaires oeuvrant en ressources intermédiaires (RI) toucheraient injustement beaucoup moins d’argent que ceux travaillant dans des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

Le rapport en question a été dévoilé dimanche. C’est le professeur titulaire à la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval et chercheur à l’Unité de recherche du Centre d’excellence sur le vieillissement de Québec, M. Philippe Voyer, qui l’a préparé.

Dans le rapport, il est mentionné que les tâches des préposés en RI sont pratiquement identiques, voire plus difficiles, que celles des préposés aux bénéficiaires opérant dans des CHSLD. Compte tenu de cette injustice, l’ARIHQ demande au gouvernement du Québec de régler le problème d’iniquité salariale qui existe entre les deux réseaux le plus rapidement possible.

«Le rapport vient confirmer ce que nous savons et dénonçons depuis des années. Sur le terrain, il existe bel et bien qu’une seule classe de préposés aux bénéficiaires. L’iniquité salariale est injuste, alors que les RI sont financées à 100% par le gouvernement. Ainsi il doit prendre acte de ce rapport et enfin rétablir l’équité des conditions de travail cruciale pour la qualité des soins offerts aux Québécois.» –Johanne Pratte, directrice générale de l’ARIHQ

Des fonctions similaires pour des salaires différents

Bien que le réseau des RI soit financé par le gouvernement, le salaire offert aux préposés est de 14$/h (18$/h après les primes temporaires) alors qu’en CHSLD, il est de 26$/h. Pourtant, l’ARIHQ souligne que le travail est équivalent d’un endroit à un autre.

Selon l’ARIHQ, les préposés en RI ont plus de responsabilités que ceux en CHSLD. De plus, ils doivent faire preuve d’une plus grande autonomie dans l’exercice de leurs fonctions.

Par ailleurs, il est étonnant d’apprendre que les exigences en matière de formation ne sont pas les mêmes entre les deux milieux même si les compétences et connaissances requises sont semblables.

Pénurie de main-d’oeuvre

Selon l’ARIHQ, la rémunération inéquitable des employés des RI contribuerait à augmenter la pénurie de main-d’oeuvre dans le réseau. De plus, cette injustice causerait une concurrence entre les deux branches et mettrait à risque la qualité des services offerts à la population hébergée dans les RI.

«Il est inadmissible que le réseau des RI ait été maintenu dans une situation de pénurie de main-d’œuvre depuis des années. Il faut absolument que ça cesse, d’autant plus que nous sommes dans la deuxième vague de la pandémie. À travail égal, salaire égal.» –Johanne Pratte, directrice générale de L’ARIHQ

Depuis le début de la pandémie, plusieurs préposés aux bénéficiaires en CHSLD ont quitté leur poste à Montréal. Toutefois, grâce à une vaste opération de recrutement lancé par François Legault en juin, des milliers de nouveaux préposés devraient intégrer le réseau cet automne.

Au Québec, les RI embauchent à l’heure actuelle plus de 14 000 employés, dont 80% sont des femmes.

Articles similaires