National
11:52 14 décembre 2020 | mise à jour le: 14 décembre 2020 à 16:48 temps de lecture: 4 minutes

Les premiers vaccins sont arrivés au Québec

Les premiers vaccins sont arrivés au Québec
Photo: Gracieuseté/Ministère de la Santé et des Services sociauxLes personnes vulnérables vivant en CHSLD et le personnel de la santé sont les deux premiers groupes prioritaires à se faire vacciner.

Avec l’arrivée des premières doses de vaccins contre la COVID-19 au Canada dimanche soir, le début de la campagne de vaccination au Québec a démarré ce matin.

Les premières doses de vaccins ont été administrées aux résidents du Centre hospitalier gériatrique Maimonides à Montréal et au CHSLD Saint-Antoine à Québec.

Alors que débute cette campagne de nombreuses questions restent en suspens comme la question des allergies constatés au Royaume-Uni, premier pays à avoir démarrer sa campagne de vaccination la semaine dernière.

Une journée historique

La première vaccinée du Québec s’appelle Gisèle Lévesque, 89 ans. Elle a été vaccinée au CHSLD Saint-Antoine à Québec. Une première préposée, Danielle Marceau, s’est aussi fait vacciner dans le même établissement ce matin.

À Montréal, où le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé tenait son point presse, la première résidente à être vaccinée s’appelle Gloria Lallouz. M.Dubé, accompagné de la ministre de la santé du Canada Patty Hadju et du conseiller médical stratégique de la Direction générale de la santé publique, le Dr Richard Massé, a évoqué non sans émotion «une journée historique pour le Québec».

«On dit que c’est un grand marathon qu’on fait depuis 9 mois, on commence à voir la lumière, la lignée d’arrivée.»

«La bonne nouvelle, je vous l’avais dit, on recevait le vaccin puis on piquait. C’est exactement ce qu’on fait aujourd’hui.» – Christian Dubé, ministre de la Santé et des Service sociaux

Au CHSLD Maimonides, près de 150 patients devraient être vaccinés dans l’après-midi. L’établissement devrait avoir vacciné ses 300 patients dans les prochains jours, puis ce sera au tour des employés.

Québec compte vacciner dans les prochains jours 5000 personnes à Montréal et à Québec dans les deux CHSLD choisis. Le personnel de ces établissements sera aussi vacciné, puis la vaccination s’ouvrira à des employés d’autres CHSLD. Dans un communiqué le ministère précise que dès la semaine du 21 décembre, la vaccination pourra se dérouler dans plus de 20 sites à travers les régions du Québec. «On devrait être capable de vacciner jusqu’à plus de 50 000 personnes d’ici le 4 janvier».

La ministre Hadju a parlé de cette bonne nouvelle pour le Canada comme d’une première étape pour ce «très gros outil» dans la lutte contre la COVID-19 qui se poursuit.

«Nous avons beaucoup de travail devant nous. C’est encore des temps difficiles, nous devons rester dans notre effort de lutter contre la COVID-19»

«Nous devons encore protéger nos familles, nos communautés. Je sais que nous pouvons le faire, tandis que nous attendons de recevoir plus de vaccins chaque semaine» – la ministre de la santé du Canada, Patty Hadju

«C’est important de vivre»

Questionné sur la part non négligeable de certains préposés à ne pas vouloir se faire vacciner (près de 60%), le ministre Dubé, tout en rappelant que le gouvernement a toujours assumé le côté volontaire, a estimé qu’il était encore «un peu tôt pour mettre un chiffre». Le ministre de la santé a toutefois affirmé ne pas vouloir rendre le vaccin obligatoire pour le personnel de la santé.

Pour le choix des sites, le ministère de la Santé a dû s’accorder avec les exigences de Pfizer pour le côté logistique. Les CHSLD de Saint-Antoine et Maimonides ont donc été choisis pour leur ampleur (plus de 200 résidents) mais aussi par leur proximité avec Montréal et Québec.

Vaccinée depuis ce matin, Gloria Lallouz, qui dit se sentir «merveilleusement bien», c’est une journée toute particulière. Isolée depuis plusieurs mois, ce vaccin sonne avant tout comme une opportunité de vivre, de voir sa famille et ses amis.
«J’espère que tout le monde va recevoir le vaccin parce que c’est important de vivre».

Articles similaires