National
13:09 19 avril 2021 | mise à jour le: 19 avril 2021 à 17:06 temps de lecture: 3 minutes

Le vaccin AstraZeneca en voie d’être ouvert à plus de Québécois

Le vaccin AstraZeneca en voie d’être ouvert à plus de Québécois
Photo: La Presse canadienne/Ryan RemiorzHoracio Arruda, qui a été vacciné à Saint-Eustache.

À l’instar de l’Ontario et de l’Alberta, le Québec prépare la vaccination d’une nouvelle tranche de population, qui devrait avoir accès à AstraZeneca sous peu. «On va pouvoir abaisser l’âge», a évoqué lundi un Horacio Arruda fraîchement vacciné.

Le directeur national de santé publique était de passage à Saint-Eustache, en matinée, afin de se faire administrer une première dose vaccinale. C’est avec Moderna qu’il s’est fait vacciner dans une pharmacie de la municipalité de la Rive-Nord.

Or, c’est un autre vaccin qui fait les manchettes récemment, alors que les provinces de l’Ontario et de l’Alberta viennent tout juste d’abaisser l’âge minimum demandé pour recevoir AstraZeneca à 40 ans. Au Québec, les discussions sont toujours en cours, a signifié Dr Arruda.

«On attend un avis du [Comité d’immunisation du Québec] au courant de la journée, mais selon ce que j’en sais on va pouvoir abaisser l’âge», a-t-il indiqué.

«Ça pourrait être 50 ans, 45 ans. Je ne peux pas vous dire avant qu’on ait reçu l’avis», a-t-il poursuivi.

Les autorités locales de santé ont mené cette fin de semaine des «interventions ciblées» dans certains secteurs de Montréal afin d’accélérer l’administration des vaccins AstraZeneca. Des camions-crieurs ont notamment circulé dans les rues pour rejoindre des populations réticentes.

C’est qu’AstraZeneca serait moins populaire que prévu. Sur les 20 000 doses disponibles cette fin de semaine à Montréal, moins du quart ont trouvé preneur, selon les informations fournies lundi par la Direction régionale de santé publique (DRSP).

«Pour ce qui est des fioles restantes, elles sont demeurées en inventaire», a indiqué la relationniste de la DRSP Annie Dufour.

Très rares complications

C’est le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) qui a en premier lieu fixé l’âge minimal de vaccination avec AstraZeneca à 55 ans, après avoir constaté de très rares cas de thromboses chez certains patients plus jeunes.

Les autorités sanitaires persistent et signent: le vaccin d’AstraZeneca est sécuritaire. Dr Arruda l’a répété lundi. «En Angleterre, il a été étendu à 30 ans et plus. Il y a, bien entendu, des événements, mais ce n’est rien par rapport à la maladie», a-t-il lancé.

Selon les données préliminaires, les chances de complications sont d’environ 1 sur 100 000. Un seul cas de thrombose a été détecté jusqu’à maintenant au Québec. «Les caillots sanguins, c’est aussi un problème généré par la maladie», a lancé Dr Arruda, exhortant de nouveau les Québécois hésitant à se présenter en clinique.

Articles similaires