National
09:19 21 avril 2021 | mise à jour le: 21 avril 2021 à 16:01 temps de lecture: 3 minutes

Trudeau doit frapper fort au «Sommet Biden», lancent des organismes

Trudeau doit frapper fort au «Sommet Biden», lancent des organismes
Photo: Pete Marovich-Pool/Getty Images

Ottawa rate la cible avec ses objectifs environnementaux actuels, lancent des organismes. À la veille d’un sommet mondial sur le climat organisé par le président américain, Joe Biden, ils exhortent Justin Trudeau se montrer «ambitieux» dans l’établissement de ses nouveaux objectifs.

«Nous avons l’opportunité de mettre fin à un cycle désastreux de promesses brisées», a signifié mercredi l’analyste politique au Réseau action climat Caroline Brouillette. Elle participait en compagnie d’une dizaine de groupes et de syndicats à une conférence de presse en prévision du «Sommet Biden».

Ensemble, ces groupes ont calculé qu’en dix ans, le Canada doit réduire ses émissions de gaz à effets de serre de 60% par rapport à 2005. C’est le double de la cible évoquée par le gouvernement fédéral jusqu’à maintenant.

«La modélisation nous indique qu’une réduction de l’ordre de 60 % est non seulement faisable, mais elle est économiquement viable», rapporte l’organisme Équiterre dans une étude rendue publique mercredi.

Le premier ministre Justin Trudeau et sa ministre des Finances, Chrystia Freeland, ont annoncé dans le cadre du budget fédéral de lundi qu’ils profiteront du Sommet sur le climat du gouvernement américain pour modifier les cibles canadiennes.

«L’objectif climatique annoncé déterminera de façon critique le sérieux [du gouvernement Trudeau]», a indiqué la directrice générale pour le Québec de la Fondation David Suzuki, Sabaa Khan.

«M. Trudeau est en train de se faire larguer par les États-Unis. Et plusieurs pays ont annoncé des objectifs beaucoup plus ambitieux. Ce qu’on a sur la table présentement de la part du gouvernement du Canada, c’est insuffisant.» – Patrick Bonin, de Greenpeace

Une rencontre au sommet

Le «Sommet Biden» de jeudi doit rassembler une quarantaine de leaders mondiaux, qui entendent déterminer les meilleures avenues pour maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 1,5 degrés celsius.

Fin 2020, Ottawa présentait un nouveau plan d’action vert, associé à des investissements en environnement de 15 G$. Dans son budget 2021-22, le gouvernement fédéral prévoit près de 18 G$ pour une relance verte au pays.

Selon Caroline Brouillette, il y a mille et une façon pour Ottawa de réduire ses émissions, mais deux grands axes émergent.

«On requiert que les fabricants automobiles vendent un certain pourcentage de voitures électriques. Et on se doit de mettre une limite à l’expansion de l’industrie pétrolière et gazière», a-t-elle commenté mercredi.

Si certaines provinces s’appuient encore fortement sur cette industrie, les solutions de sortie existent, a ajouté Sabaa Khan.

«En Allemagne, en Espagne, il y a eu des retraits progressifs des industries pétrolières et gazières, ou du charbon. En Ontario aussi, il y a eu une élimination de l’électricité au charbon», a-t-elle dit.

«Ça va prendre une vingtaine d’année, mais il faut commencer maintenant.» – Sabaa Khan, DG pour le Québec de la Fondation David Suzuki

Articles similaires