National

13 000 logements sont loués illégalement sur Airbnb, dénoncent les propriétaires

Airbnb
Photo: iStock

À travers le Québec, au moins 13 000 logements seraient loués illégalement par des locataires. C’est ce que conclut la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) dans son plus récent sondage.

La Corporation a mené un sondage auprès de 1200 de ses membres. Il en ressort que 4,78 % des propriétaires auraient été confrontés à un locataire qui sous-louait leur logement via une plateforme comme Airbnb, et ce, sans leur consentement.

Devant ce constat, la CORPIQ demande des changements au gouvernement provincial. On demande un «encadrement sérieux» et une «réelle surveillance» de la location des Airbnb à Québec.

Il n’est pas normal que le Québec encadre, via le Code civil du Québec, la location d’un logement dont l’application relève à plusieurs égards du tribunal administratif du logement, mais qu’un locataire puisse sous-louer facilement son logement sur des plateformes de type Airbnb, et ce, souvent en non-conformité avec une réglementation municipale.

Marc-André Plante, directeur des affaires publiques de la CORPIQ

Des amendes devraient dorénavant être imposées aux individus qui louent leur logement via Airbnb sans l’approbation de leur propriétaire, propose la Corporation.

«On est contents que la CORPIQ se joigne à notre lutte afin de mieux protéger les logements locatifs contre la location touristique illégale. Nous sommes également d’avis que Revenu Québec doit améliorer l’applicabilité de son cadre législatif pour contrer ce fléau, explique Marikym Gaudreault, attachee de presse au comite exécutif de la Ville de Montréal. On souhaite aussi réitérer notre demande à Revenu Québec d’augmenter le nombre d’inspecteurs sur le territoire de la métropole pour intervenir auprès des contrevenants».

La CORPIQ est la plus grande association de propriétaires du Québec. Elle en réunit 30 000, qui possèdent 500 000 logements et condos locatifs.

En pleine crise

La crise du logement sévit toujours en 2022, si bien que plusieurs citoyens ne se sont toujours pas trouvé de logement près de trois semaines après le 1er juillet.

Au Québec, 37 000 ménages se trouvent sur une liste d’attente pour accéder à un logement social. Parmi eux, 1100 se trouvent au centre-ville de Montréal, dont 400 familles, selon le Comité logement Ville-Marie. À Montréal, la construction de 6000 unités est présentement bloquée en raison de problèmes administratifs entre Ottawa et Québec.

Dès son entrée au pouvoir, la CAQ s’était engagée à poursuivre la construction de 15 000 logements abordables, dont environ la moitié a été construite jusqu’à présent. Elle en a également promis 500 supplémentaires. Récemment, le parti a présenté un plan qui lui permettra de fournir 3000 nouveaux logements sociaux et abordables.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet