Soutenez

O’Toole promet un rabais de 50% sur votre facture de restaurant

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, tient un point de presse après le débat télévisé de TVA-LCN. Photo: Josie Desmarais/Métro

Erin O’Toole promet de subventionner les achats non alcoolisés au restaurant et offrir des crédits d’impôts pour les nuitées à l’hôtel, a-t-il annoncé mercredi.

Le chef conservateur a présenté aujourd’hui les détails de son programme pour soutenir les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme au pays. Ce programme, intitulé Découvrir les restaurants et visiter le Canada, veut inciter les Canadiens à soutenir ces secteurs touchés par la pandémie.

Concrètement, M. O’Toole mise sur des crédits d’impôt et des rabais aux consommateurs pour les encourager à se rendre dans des restaurants et à prendre des vacances au Canada, «dès qu’il sera possible de le faire en toute sécurité». Le Parti conservateur s’inspire ici d’une initiative similaire mise en place au Royaume-Uni.

En résumé, le Parti conservateur prévoit injecter un milliard de dollars dans les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration grâce à un rabais de 50% sur les aliments et les boissons non alcoolisées achetés au restaurant du lundi au mercredi, pendant un mois. Le programme s’applique aux restaurants, aux pubs, aux bars, aux cafés et aux cantines.

Les conservateurs promettent aussi un crédit d’impôt de 15% pour les dépenses de vacances – jusqu’à 1 000$ par personne – afin d’encourager les Canadiens à prendre des vacances au Canada en 2022. Les dépenses incluses concernent l’hébergement, la location à court terme, les repas aux restaurants, les frais de livraison, les pourboires, les frais d’entrée pour des événements culturels, de loisirs ou sportifs, la location de voitures et de véhicules récréatifs, les trajets en bus ou en taxi, les billets d’avion, les péages et le stationnement.

La taxe progressive sur l’alcool serait éliminée.

Pour l’ensemble des mesures proposées, les clients recevront un remboursement directement sur leur facture. Les entreprises recevront quant à elles un remboursement de l’Agence du revenu du Canada après soumission d’une demande via un portail. Le programme serait limité à 35$ par client, par visite.

Les clients ne sont pas le problème

François Meunier, président de l’Association des restaurateurs du Québec, se réjouit des mesures présentées par M. O’Toole, notamment le crédit d’impôt sur les dépenses de voyages. Cependant un «morceau manque» dans le plan du Parti conservateur.

On salue les mesures proposées, mais la première réaction qu’on a, c’est: est-ce qu’on aura le personnel? Car aujourd’hui, des clients on en a…

François Meunier, président de de l’Association des restaurateurs du Québec

Selon M. Meunier, le gouvernement fédéral devrait travailler sur des mesures complémentaires, car la crise n’est pas terminée, fait-il valoir. «Si j’avais à choisir dans les mesures, je choisirais une mesure qui favoriserait l’accessibilité de la main-d’œuvre.»

Si le gouvernement provincial régit les politiques en immigration au Québec qui aideraient à l’embauche d’employés, le gouvernement fédéral pourrait agir à d’autres niveaux. Comme pistes d’action, M. Meunier soulève, par exemple, le maintien des travailleurs expérimentés sur le marché du travail, ou une bonification de la pension de retraite des personnes qui décident de continuer à travailler.

Propositions concurrentes des partis fédéraux

Cette annonce s’insère dans une série de mesures visant à remplacer des aides institutionnelles par des aides directes aux individus. Le Parti conservateur s’appuie sur un système de crédit d’impôt similaire pour le recours de familles aux services de garde. Le parti prévoit aussi le retrait graduel de la PCRE, à la lumière de l’évolution de la situation. De plus, une fois les mesures de soutien d’urgence levées, le Parti conservateur paierait jusqu’à 50% du salaire des employés nouvellement embauchés pendant six mois.

Du côté des autres partis fédéraux, plusieurs propositions pour soutenir les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration ont été mises sur la table. Le Parti libéral veut prolonger le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada jusqu’au 31 mars 2022 et fournir aux entreprises touristiques une subvention salariale et une subvention pour le loyer provisoires pouvant compenser jusqu’à 75% de leurs frais pour l’hiver.

Le Nouveau Parti démocratique souhaite lui aussi prolonger les aides d’urgence créées pendant la pandémie, telles la subvention salariale et l’aide d’urgence pour le loyer, et ce, «aussi longtemps que nécessaire».

Le Bloc Québecois veut suspendre la Prestation canadienne de la relance économique entre les vagues de la pandémie, mais la maintiendrait pour les secteurs les plus en difficulté, comme celui de la culture.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.