Politique

Nids de poule: Coderre veut rembourser les dommages (aux vélos aussi)

Denis Coderre
Photo: Josie Desmarais/Métro

Ensemble Montréal a dévoilé son plan pour la gestion des chantiers de la métropole. Parmi les mesures qu’il propose, le parti de Denis Coderre indique vouloir rembourser les dommages causés par les nids de poule aux vélos et aux voitures.

Les propriétaires d’automobiles et de vélos endommagés pourront se voir rembourser les dommages causés par les nids de poule aux pneus et systèmes de suspension. Les Montréalais auraient 30 jours pour faire une réclamation, au lieu de 15 actuellement. La Ville s’engagerait à y répondre en 90 jours.

Le candidat à la mairie de Montréal assure que le processus de réclamation serait «simple et rapide», pointant du doigt la responsabilité de la Ville.

C’est de la faute de la Ville, il faut que la Ville se prenne en main. Ça vient responsabiliser l’administration.

Denis Coderre, candidat à la mairie de Montréal

Lors du point de presse dans une zone en chantier dans Griffintown, Denis Coderre a déclaré vouloir «faire un meilleur travail pour combler les nids de poule».

Base de données et système de bonus-malus

Une base de données des travaux prévus et envisagés dans la métropole serait mise sur pied pour «éviter la démultiplication inutile des travaux». Le parti compte mettre à contribution les universités dans un marathon de programmation.

«Il y a un manque de communication entre la ville-centre, les arrondissements et le privé et un manque d’écoute envers les citoyens», souligne Aref Salem, conseiller de la Ville dans le district de Norman-McLaren, dans l’arrondissement Saint-Laurent. Pour M. Salem, cette mesure permettrait de «coordonner en amont et efficacement» et d’offrir du «répit» aux citoyens et aux commerçants.

Par ailleurs, le programme d’indemnisation des commerçants lors de grands travaux serait révisé.

Comme autre mesure, le parti souhaite mettre en place un système de bonus-malus pour «boucler les travaux de réfection des rues», une mesure à base d’incitatifs pour les chantiers qui seront terminés avant la date prévue. Ce système avait déjà été mis en place par l’administration Coderre en 2016 pour le chantier de la rue Saint-Denis.

Le parti investirait 50 M$ dans l’entretien des rues et s’engage à réinvestir 100 M$ dans la réfection des rues locales pour remédier «à la frustration» des Montréalais face aux travaux. Les travaux de réfection des égouts seraient menés l’hiver et les travaux sur des rues parallèles seraient interdits.

«Faire des travaux correctement»

De plus, Denis Coderre veut doter la Ville d’une politique de gestion des chantiers. Avec celle-ci, la Ville devrait présenter chaque année un bilan. Le respect des échéanciers, l’utilisation des clauses pénales, les dépassements des coûts et les nuisances et les plaintes seraient sous la loupe du parti.

S’il souhaite réduire le nombre de travaux dans la métropole, Denis Coderre l’assure: «On va faire des travaux, mais on va les faire correctement».

En mai dernier, l’administration Plante a adopté une Charte des chantiers et annoncé le report de 64 chantiers majeurs prévus en 2021. Le but était de donner du répit aux commerçants qui seraient affectés. La Ville affirme être responsable de 25% des chantiers actuels.

Lors du débat économique, Valérie Plante avait défendu la gestion des chantiers par son administration, sous les feux de son adversaire, précisant que ceux-ci ont été réduits de 40% pendant la pandémie. Projet Montréal entend «poursuivre le travail entamé avec la Charte des chantiers» en réunissant les donneurs d’ouvrages, centres d’expertises pour «faciliter, coordonner et arrimer les interventions». 

«Ensemble Montréal n’est pas allé chercher trop loin pour des idées visant à améliorer la circulation à Montréal, puisqu’ils se sont fortement inspirés des mesures déjà mises en place lors de notre premier mandat», a indiqué à Métro, Sylvain Ouellet candidat et conseiller de ville du district François-Perrault.

Pas de travaux 24/24 pour Coderre

La mairesse sortante propose que des travaux se poursuivent 24 heures sur 24, pour accélérer leur réalisation. Il n’en est pas question pour Denis Coderre. Pour lui, cette mesure «n’a pas d’allure» et risque de faire grimper les coûts et d’affecter la qualité de vie des Montréalais.

Au sujet de l’escouade mobilité, que son adversaire Valérie Plante souhaite bonifier, Denis Coderre a lancé que «la situation est pire que jamais». Il souligne qu’il remplacerait l’escouade par une équipe d’inspecteurs.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet