Politique

Ensemble Montréal refuse de se prononcer sur la drag queen Barbada

La drag-queen Barbada dans son décor d'émission jeunesse.
La drag queen Barbada anime une émission jeunesse à Tou.tv. Photo: Courtoisie - ICI Radio-Canada

Le parti Ensemble Montréal ne souhaite pas se prononcer sur les activités pour enfants organisées par Barbada de Barbades, une drag queen bien connue, alors que l’arrondissement Saint-Laurent a mis un frein à la lecture d’un conte. Pour sa part, la mairesse Valérie Plante s’est prononcée contre l’annulation et signale son appui à Barbada.

Il y a plusieurs mois, Sébastien Potvin, connu sous le nom de drag queen Barbada de Barbades, avait été approché pour animer une heure du conte au cœur de la programmation automnale de l’arrondissement. M. Potvin organise fréquemment ce type d’activité et anime même une émission jeunesse sur Tou.tv. Le Devoir a toutefois rapporté que les élus de Saint-Laurent auraient annulé l’événement en raison d’«un questionnement sur le traitement de l’inclusivité au sein [des] bibliothèques» de l’arrondissement.

Les élus de Saint-Laurent font tous partie de la formation Ensemble Montréal, ancien parti de Denis Coderre. Contacté par Métro mercredi, Ensemble Montréal a refusé de commenter le dossier de Barbada ou l’hésitation sur la présence de drag queens dans les activités pour enfants.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a signalé son appui à Barbada sur les réseaux sociaux. Elle a indiqué qu’«il y aurait toujours de la place pour les drag queens dans nos bibliothèques et lieux de diffusion». Selon le cabinet de la mairesse, Barbada a d’ailleurs déjà tenu des activités dans d’autres arrondissements, y compris Ville-Marie, qui relève directement de Mme Plante.

Rencontre souhaitée

Entre-temps, Sébastien Potvin n’a pas dit son dernier mot. Lundi, il a demandé une rencontre avec les élus de Saint-Laurent afin de préserver la séance.

«J’aurais aimé pouvoir leur parler avant que ça sorte dans les médias pour leur expliquer quoi répondre aux gens qui pourraient vouloir exprimer leur mécontentement face à une activité du genre, a expliqué Sébastien Potvin à Métro mardi. Souvent, ces gens-là n’ont jamais été présents lors de mes lectures de contes et ne savent pas de quoi il s’agit.»

Controverse

Il s’agit de la deuxième fois dans un court laps de temps que la drag queen suscite la controverse. En juin, elle a essuyé une vague de haine sur les réseaux sociaux en lien avec une activité organisée à la bibliothèque de Dorval dans le cadre du mois national de la Fierté.

Cette activité «anormale», voire «écœurante», influencerait l’orientation sexuelle du jeune public, selon les commentaires laissés par plusieurs internautes. Si bien que la Cité de Dorval a décidé de bloquer les commentaires sous la publication. Devant l’impossibilité de commenter la publication, des citoyens se sont mis à inscrire des commentaires à ce sujet sous d’autres publications de la bibliothèque, et même à lancer des menaces dans des messages privés.

L’activité a tout de même été tenue, avec la présence du Service de police de la Ville de Montréal pour assurer la sécurité de tout le monde. «On a décidé de poursuivre l’activité parce qu’on croit à des valeurs comme l’inclusion et l’acceptation de tout le monde», avait commenté le chargé de communication de la Cité de Dorval, Sébastien Gauthier.

Barbada de Barbades présente des séances de lecture de contes dans les bibliothèques depuis cinq ans.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet