Carrières
09:12 29 avril 2020 | mise à jour le: 29 avril 2020 à 09:13 temps de lecture: 3 minutes

Revaloriser l’humain et le matériel informatique

Revaloriser l’humain et le matériel informatique
Photo: Collaboration spécialeChez Insertech, les jeunes avancent vers l’emploi tout en revalorisant le matériel informatique

La mission  d’Insertech est double: sauver de la décharge du matériel informatique de qualité et aider des personnes éloignées du marché du travail à trouver un emploi. Ainsi, l’organisme  combine insertion professionnelle et technologies. 

Implantée à Montréal depuis 1998, l’entreprise à but non lucratif s’est donnée la mission de réparer ou de reconditionner des ordinateurs et autres outils technologiques, donnés par des entreprises ou des particuliers. Le but est d’offrir une seconde vie à ces objets et ainsi lutter contre l’obsolescence programmée.

Le réemploi, c’est quoi?

Ce travail de reconditionnement sert aussi à proposer à la vente du matériel informatique moins cher que le neuf, c’est ce qu’on appelle le réemploi.

«On ramasse le matériel des grandes entreprises, qui sera remis en état, reconditionné, dans notre atelier et être revendu à la population pour une fraction du prix du neuf», explique Nebojsa Adzic, responsable des communications chez Insertech.

En 2017-18, 87 % des finissants ont trouvé un emploi ou sont retournés aux études grâce au programme d’insertion d’Insertech.

Pour aller plus loin dans la lutte au gaspillage, l’entreprise offre également des services de réparation pour les particuliers. Tablette brisée, ordinateur trop lent, écran qui dysfonctionne : tout  (ou presque) est réparable. «Le but est de prolonger la durée de vie des appareils le plus longtemps possible, et donc d’éviter la  création d’appareils», rappelle M. Adzic.

Ce que souhaite avant tout Insertech, c’est offrir une solution de rechange aux consommateurs, car même si les objets technologiques peuvent être recyclés, leur fabrication pollue. La meilleure solution reste donc de ne pas acheter du neuf.

«On sait que c’est ce qui pollue le plus : 80 % de la pollution est liée aux gadgets électroniques et à la création de nouveaux appareils», illustre le responsable des communications.

Un tremplin vers l’emploi

En plus de cette vocation écologique, Insertech a une mission sociale. En effet, l’entreprise permet à des jeunes âgés de 16 à 35 ans d’exprimer tout leur potentiel.

L’entreprise propose ainsi plusieurs programmes d’insertion de six mois en assemblage informatique, bureautique, vente et service à la clientèle. Pour participer aux programmes, le principal critère est d’avoir «des difficultés
à s’intégrer au marché du travail» et un intérêt pour notre mission», explique M. Adzic.

En plus de leur formation, les jeunes participent à toutes sortes d’activités qu’Insertech propose à la communauté, notamment des ateliers d’initiation à l’informatique pour les aînés. «Une fois qu’ils découvrent toute l’ampleur de ce qu’on fait, ils ont la mission à cœur. Ils sont fiers de porter le chandail», ajoute-t-il.

Entourés d’une équipe bienveillante, les participants retrouvent confiance en eux pour ensuite chercher du travail ailleurs. «C’est vraiment un tremplin vers autre chose. Le but c’est de s’outiller, de revenir sur le marché du travail et d’être actif», résume M. Adzic.

Articles similaires