Blogue Décrypto

Crypto 101 – Petit guide des bons mots (volume 1)

Crypto 101 – Petit guide des bons mots (volume 1)
Photo: iStock

Un trou de mémoire, une hésitation, une incompréhension? Voici quelques balises pour mieux comprendre l’univers des cryptomonnaies.

Bitcoin: il s’agit d’un système de paiement électronique basé sur des preuves mathématiques imaginé en 2008. Il comprend le bitcoin avec un «b» minuscule qui est une sorte de reconnaissance de dette numérique (voir token), et Bitcoin avec un «B» majuscule qui est une sorte de registre comptable des bitcoins (voir réseau distribué). Le système permet aux utilisateurs du registre de s’en échanger, sans autre intermédiaire que des logiciels et un protocole informatique, d’un ordinateur à l’autre partout dans le monde. L’algorithme de Bitcoin limite la création de nouveaux bitcoins à un rythme ralentissant jusqu’à atteindre la limite conventionnelle de 21 millions d’unités. En théorie, si la demande grandit, l’offre étant strictement plafonnée, la valeur devrait elle aussi augmenter.

Blockchain: le concept de chaîne de blocs définit simplement une base de données où les mises à jour s’ajoutent en ordre chronologique les nouvelles données à la fin les unes de l’autre. Les blockchains peuvent être publiques, comme Bitcoin, permettant à n’importe qui d’y accéder, de les utiliser et de les gérer. Elles peuvent également être privées, ce qui signifie qu’une organisation les contrôlent et accordent des permissions d’accès, d’utilisation ou de validation des données.

Clé privée/publique: la clé publique est une série de 34 lettres et chiffres, aussi appelée adresse, renfermant l’historique des transactions à laquelle d’autres utilisateurs peuvent envoyer des cryptomonnaies. Cette adresse est reliée à une clé privée de 64 caractères qui, elle, permet de signer numériquement les transactions.

Contrat intelligent: un smart contract est un programme qui s’exécute sur une blockchain scrupuleusement puisqu’il a été programmé en fonction des données partagées par les utilisateurs. Il s’agit d’un contrat qui automatise via la cryptographie le bon déroulement des termes entre partie pour un service, par exemple une assurance. (voir Ethereum, une plateforme blockchain conçue spécifiquement pour créer des contrats intelligents).

Cryptomonnaie: équivalent numérique de l’argent comptant recourant à la cryptographie notamment pour des raisons de sécurité. Il en existe des milliers depuis la création du bitcoin qui diffèrent de par leurs fonctionnalités ou spécificités.

DAO: organisation conçue pour être automatisée et décentralisée (decentralized autonomous organization), elle se plie à des règles de gouvernance inscrites sur une blockchain publique. On peut se la représenter comme à un fonds de capital-risque où la haute direction a été remplacée par un code source libre et vérifiable par n’importe qui, appartenant aux participants et utilisateurs.

DApp: une application décentralisée (DApp) est un programme informatique qui, au lieu de fonctionner sur un seul ordinateur, fonctionne sur une blockchain ou un réseau pair-à-pair d’ordinateurs.

Décentralisation: c’est le concept même du réseau ouvert d’ordinateurs dédiés, répartis aux quatre coins de la planète et idéalement gérés par des codeurs bénévoles. Par exemple, les données de Bitcoin ne sont pas centralisées sur un seul serveur ni administrées par une seule institution.

 

>>> Petit guide des bons mots (vol.2) de double dépense à ICO 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *