Blogue Décrypto

«Vérifiez.Moi» : l’application gratuite des banques canadiennes sécurise votre identité

«Vérifiez.Moi» : l’application gratuite des banques canadiennes sécurise votre identité

Annoncée depuis mars 2017, la grande «blockchain de l’identité» est enfin réalité. Avec plus de 1000 téléchargements depuis le début du mois d’avril, l’application gratuite n’est officiellement accessible que depuis ce mercredi pour tous les clients de CIBC, Desjardins, RBC, Scotia et TD.

Baptisé «Vérifiez.Moi», ce réseau de gestion développé sur base d’une chaîne de blocs privée d’IBM par la start-up torontoise SecureKey permettrait aux consommateurs de confirmer plus facilement, plus efficacement et plus sécuritairement leur identité.

À partir de l’application du même nom installée sur n’importe quel téléphone intelligent sous iOS ou Android, l’utilisateur personnalise les participants du réseau avec lesquels il partagera ses renseignements personnels. Cryptées, ces données seront divulguées en temps réel et fournies uniquement après consentement, sans être stockées dans l’app.

Prenons un exemple plus concret: vous souhaitez contracter un emprunt auprès d’un fournisseur de prêts en ligne. Par le passé, le prêteur allait chercher à valider l’identité, le score de crédit et autres détails, auprès notamment de la banque de référence de ce client. Un processus gourmand en temps et souvent très peu transparent.

Mais avec ce nouveau réseau de partage de données personnelles, il suffira au bailleur de demander à l’emprunteur la permission pour obtenir les informations utiles. Plus besoin donc de rassembler les documents nécessaires ni de se présenter en personne pour s’abonner à des services ou obtenir des produits.

Pour ceux qui s’intéressent à la mécanique sous le capot de Vérifiez.Moi, précisons que le service repose fondamentalement sur la chaîne de blocs autorisée Hyperledger Fabric, une architecture modulaire à code ouvert destinée aux entreprises privées.

«L’utilisation d’une plateforme de chaîne de blocs autorisée était un choix logique pour le service Vérifiez.Moi. Même s’il s’agit d’un service multisectoriel et collaboratif, il faut tout de même contrôler qui peut participer au réseau et au processus de validation», concède-t-on chez SecureKey.

Pour bâtir ce nouvel écosystème d’identité numérique et tenter d’établir une norme mondiale en la matière, les principales banques canadiennes ont investi ensemble environ 30 millions $ dans SecureKey.

«Vérifiez.Moi nous permettra de simplifier le processus d’accueil pour nos nouveaux clients en utilisant les outils fondés sur l’autorisation de SecureKey et la sécurité de la chaîne de blocs afin de vérifier instantanément leurs renseignements personnels», se félicite Mark Saunders, vice-président général chez Financière Sun Life, l’une des premières institutions à avoir adhéré au service.

Si, en toute logique, cette solution blockchain simplifie l’expérience client en éliminant les difficultés habituelles du processus d’identification, elle devrait également offrir des leviers d’amélioration pour les activités commerciales.

Des clients rapidement inscrits, cela signifie en effet que le taux d’échec ou d’abandon diminue. Les processus d’inscription autonomes devraient réduire les coûts, augmenter l’exactitude des données et diminuer les éventuelles frictions.

Sans oublier que plus les moyens sont simplifiés pour confirmer l’admissibilité des utilisateurs à un service, plus cela libère une marge de manœuvre pour les vérifications supplémentaires des transactions à fort risque.

Notons enfin qu’en ce moment, le réseau n’est acceptée qu’auprès de Sun Life et d’Equifax, mais le réseau de Vérifiez.Moi est évidemment encore appelé à grandir: devraient s’ajouter bientôt de nouveaux fournisseurs de services et partenaires, telles que la BMO Banque de Montréal et la Banque Nationale.

 

Commentaires 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • damien

    – Centralisé
    – Détenu par des banques
    – Nominatif
    – Pas de minage

    Bref il n’y a de blockchain que le nom.

  • Marouane Chriss

    C’est un autre exemple qui illustre les possibilités énormes des blockchain privés. On a l’habitude d’associer, et même d’identifier Blockchain et crypto-monnaies ce qui est loin d’être le cas.

  • Marouane Chriss

    Vous dites cela car vous ne distinguez probablement pas entre blockchain privés (le cas ici) et blockchain publics (cas des crypto-monnaies). Il faut savoir que chacun des deux types a ses propres applications et usages qui ne sauraient être réalisés avec l’autre.