Culture

L’émission «Tu m’aimes tu?», ou l’amour au temps de la trentaine

Photo: Radio-Canada

L’engagement amoureux, ça vous dit quelque chose? Cette impérissable question sera au cœur de la série télévisée Tu m’aimes-tu?, à compter de la semaine prochaine à Radio-Canada.

À tous ceux qui sont sceptiques par rapport à une autre série sur ce mot de cinq lettres, écoutez avant de juger. Le nouveau bébé de Podz, écrit par Frédéric Blanchette et Steve Laplante, risque de vous surprendre. Et de vous toucher.

La série s’ouvre sur une peine d’amour. Une grosse peine d’amour. On assiste au chagrin de Fred (Sébastien Huberdeau), désemparé, que sa copine Valérie a quitté soudainement. À travers cela, son ami Dave (Steve Laplante) tente de l’aider, tout en s’inquiétant pour son propre couple.

Pour se changer les idées, Fred peut aussi compter sur l’exubérante Mélanie (Magalie Lépine-Blondeau), sa nouvelle voisine qui accumule les conquêtes masculines tout en cuvant une peur de l’engagement.

«L’idée de départ, c’était de mettre des gars romantiques et amoureux à l’écran, explique Frédéric Blanchette, un des deux auteurs. Des gars qui ne sont pas cyniques par rapport à l’amour, qui ont envie de s’engager, peut-être pour inverser les rôles traditionnels qu’on est habitués de voir à l’écran.» C’est pour cette raison, entre autres, que le personnage de l’éternel célibataire qui ne veut pas s’engager est incarné par une femme.

[pullquote]

C’est également cette originalité qui a séduit Podz lors de la lecture du scénario. Celui qu’on connaît pour des œuvres un peu plus sombres (Minuit le soir et 19-2, notamment) a aimé la nouvelle façon que Blanchette et Laplante avaient de raconter des histoires d’amour.

«C’est un peu plus pétillant que ce que je fais d’habitude, c’est plus optimiste», confie Podz. Tellement que la productrice, Diane England, n’avait pas du tout pensé à lui au départ. Elle lui a d’abord dit que ce n’était pas «[son] genre». «J’ai été un peu offusqué!» lance à la blague Podz. Le réalisateur s’est senti interpellé par l’écriture authentique et différente du scénario.

Malgré le ton un peu plus léger, le sceau «Podz» est bel et bien présent dans la réalisation de la série. Hormis la lumière blanche – un peu trop présente aux yeux de Podz –, on retrouve la profondeur et l’authenticité du jeu qui caractérisent l’œuvre du réalisateur et qui font son succès.

Du théâtre à la télé
Frédéric Blanchette et Steve Laplante, les auteurs de la série, en étaient à leur première expérience d’écriture pour la télé. Ils ont dû être aidés par leur script-éditrice, Michelle Tougas.

«On se répandait un peu trop, dit Steve Laplante, le sourire aux lèvres. On a appris comment dramatiser en 21 minutes!» Frédéric Blanchette donne d’ailleurs en exemple une scène où le personnage se retrouve dépourvu à l’épicerie. «Nous avions une longue scène théâtrale, mais, finalement… voilà, c’est devenu un plan!»

Tu m’aimes-tu?
Dès le mercredi 12 septembre à 21 h 30 sur les ondes de Radio-Canada.

Articles récents du même sujet