Culture

Le Théâtre Denise-Pelletier aux quatre coins de la ville

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Le Théâtre Denise-Pelletier se refera une beauté dès juillet. L’institution de la rue Sainte-Catherine entreprendra d’importants travaux de rénovation et de réfection pour pallier les signes de fatigue de ses équipements et reconfigurer sa salle principale.

«La salle principale sera dotée de meilleurs angles de vue, a assuré le directeur artistique du théâtre, Pierre Rousseau. Le confort des spectateurs sera amélioré, et le travail des scénographes sera facilité.»

Le projet de 10 141 063 $, qui prévoit aussi la restauration de la façade d’époque de l’édifice, devrait prendre fin en juillet 2009. Aucune hausse des tarifs relative à ces travaux n’est prévue par la direction du théâtre.
 
Une saison qui déménage
Les différentes pièces de la saison 2008-2009 de l’établissement, dont 80 % des spectateurs sont des étudiants du secondaire, se promèneront donc dans plusieurs salles de Montréal et des environs durant les travaux.

Les représentations scolaires prévues pour la salle Denise-Pelletier se tiendront au Théâtre de la Ville à Longueil, au Théâtre Marcellin-Champagnat du Collège Laval  ainsi qu’à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau, qui accueillera aussi les spectacles grand public.

Les productions qui devaient être jouées dans pour l’espace connexe au Théâtre, la Salle Fred-Barry, seront présentées à la Caserne Letour­neux.

Programmation réduite

En raison de cette saison itinérante, la programmation 2008-2009 du Théâtre Denise-Pelletier comptera trois pièces plutôt que quatre comme à son habitude. Quant à la programmation de la Salle Fred-Barry, elle cumulera neuf pièces plutôt que onze.

C’est avec La cantatrice chauve et La leçon, d’Eugène Ionesco, dans une mise en scène de Frédéric Dubois,  que la saison du Théâtre Denise-Pelletier débutera en septembre. Lui succéderont L’oiseau vert, commedia dell’arte, inspirée de l’Å“uvre de Carlo Gozzi, et Roméo et Juliette, de William Shakes­peare.

Il était onze heures le soir, de Reynald Robinson, Poe, de Jean-Guy Legault, La peste d’Albert Camus, La fausse malade, de Carlo Goldoni, Les liaisons dangereuses, de Choderlos de Laclos, Le filet, de Marcel-Romain Thériault, Z comme Zadig, de Voltaire, Le songe d’une nuit d’été, de William Shakespeare, et Zurbains, création du Théâtre Le Clou, constituent la programmation de la Salle Fred-Barry. 

Articles récents du même sujet