Culture

Critiques CD de la semaine du 11 au 15 août 2008

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Brazilian Girls, Jonas Brothers, Alice Cooper, Great Big Sea et Lazy.

 Exploration
 Brazilian Girls
 New York City  (3,5/5)

 
Sur leur troisième album, les Brazilian Girls n’y vont pas de main morte dans leur exploration musicale. Comme à son habitude, le nouveau trio – le quatrième membre n’y est plus – a concocté un heureux mélange de genres musicaux : jazz, électro, bossa-nova, rock-indie, trip-hop. On ne sait plus où donner de la tête avec ces pièces chantées en anglais, français, espagnol, italien ou allemand, mais on adore. Comme la ville qui porte le nom de leur album, New York City, la musique des artistes est hétéroclite. On repassera toutefois pour les paroles parfois un peu insignifiantes.                                        
– Geneviève Vézina-Montplaisir

 «Rock» sucré
 Jonas Brothers
 A Little Bit longer (3/5)

Les Jonas Brothers ont bien enrobé leur musique. Il ne faut toutefois pas sucer le bonbon longtemps pour que l’enrobage rock laisse place à une pop sucrée. Les Brothers s’adressent à un public jeune et féminin, mais ils pourraient bien gagner d’autres fans. Plusieurs pièces de A Little Bit Longer proposent en effet un univers musical, une ligne directrice et une maturité étonnante – on trouve parfois bizarre d’entendre une voix d’ado -, des qualités souvent écartées des produits pop. On est agacés par les «Come on girl» et certaines pièces sont ennuyantes, mais dans l’ensemble le bonbon a plutôt bon goût.
– Vincent Fortier

 Démoniaque
 Alice Cooper
 Along Came a Spider (3/5)

 
Le bon vieux Alice Cooper est de retour pour nous amener dans son univers sombre, frôlant souvent le démoniaque. Along Came a Spider, le 25e album solo de ce géant du rock, raconte l’histoire d’un tueur en série nommé Spider. Tout au long de l’opus, on peut suivre l’évolution du meurtrier sanguinaire jusqu’à ce qu’il tombe amoureux de sa dernière victime potentielle. Cooper exploite les mélodies sombres – mais accrocheuses – pour donner forme à cet album concept. Along Came a Spider offre un mélange bien équilibré de pièces très rock, comme Vengeance is Mine, et de ballades ténébreuses, telles que Salvation.
– Mathieu Horth Gagné

 Dans la pop
 Great Big Sea
 Fortune’s Favour (2,5/5)

On pourrait dire que le groupe de Terre-Neuve fait un pas de plus dans la pop avec ce neuvième CD. Il y a bien quelques pièces qui ont un son plus traditionnel (England, Banks of Newfoundland et Rocks of Merasheen), mais dans ses compositions, GBS sonne comme bien d’autres formations pop-rock canadiennes auxquelles on ajoute une petite touche d’origine irlandaise. Une bonne chose? Peut-être, si les chansons étaient irrésistibles… Ici, elles sont correctes, sans plus. Tout de même, Hawksley Workman a fait un beau travail de réalisation. Moment fort : Heart of Stone.
– Eric Aussant

 Soupirs d’ennui
 Lazy
 Floyd: A Chillout Experience (1/5)

 
Un simple coup d’Å“il à la pochette suffisait pour prévoir l’accident de train : une jeune femme dénudée, seule dans le noir, affichant un air boudeur. Rien ne laissait présager l’ampleur des dégâts cependant. Sur Floyd : A Chillout Experience, le groupe Lazy passe les tubes de Pink Floyd au tordeur, les dépouillant de toute personnalité grâce à une série d’arrangements génériques dignes des pires albums de type électro lounge. La chanteuse Analiah joue la carte fétiche des interprètes dépourvues de quelconque talent vocal : celle des soupirs qui se veulent sensuels. Gardez votre Money pour un véritable album de Pink Floyd.
– Marc-André Lemieux
Évaluation: 5/5 = Sublime, 4/5 = Recommandé, 3/5 = Bien, 2/5 = Moyen, 1/5 = Sans intérêt

Articles récents du même sujet