Actualités
13:40 26 juin 2018 | mise à jour le: 26 juin 2018 à 14:27 temps de lecture: 4 minutes

Festival Mtl en Arts: la 19e édition se met en branle

Festival Mtl en Arts: la 19e édition se met en branle
Photo: Collaboration spéciale

Pour une 19e année de suite, la rue Sainte-Catherine se mettra en mode «art» alors qu’elle exposera à partir de mardi soir les œuvres de plus de 150 artistes de la région, dans le cadre du festival Mtl en Arts.

Exposition d’oeuvres, création d’une murale permanente, espace spécialisé pour les enfants: Mtl en Arts, rendez-vous annuel depuis 2000, mise cette année sur la continuité pour attirer les Montréalais et les touristes dans le Village. Malgré la chaleur prévue, le directeur général de l’événement, Stéphane Mabilais, espère attirer 200 000 visiteurs.

Le festival comptera sur des têtes d’affiche comme Nicolas Nabonne, gagnant du grand prix de l’édition 2017, pour attirer les curieux, mais aussi sur une proportion d’environ 50% d’artistes émergents. Mtl en Arts a d’ailleurs la réputation nécessaire pour fonctionner à plein régime sans compter sur des artistes de renommée, selon M. Mabilais.

«Nous [agissons] plus comme un tremplin pour les artistes émergents», a-t-il lancé en entrevue, mardi.

«C’est comme un laboratoire pour eux, a-t-il ajouté. Ils ont les commentaires des gens, ce qui les nourrit beaucoup. Ça leur permet aussi d’échanger avec les artistes autour d’eux. Il y a beaucoup de connections qui se font et ils sortent de là avec plein d’idées.»

Nicolas Nabonne, sculpteur et peintre, qui en sera à sa troisième apparition, a fait entendre le même son de cloche lorsqu’il a été interrogé sur son expérience. «Il y a toutes sortes de publics; public averti, public de passage, a-t-il observé. C’est un bon lieu pour faire découvrir son travail et avoir un petit feedback

Compétition?
Avec le festival de jazz en plein essor à quelques rues de là, certains pourraient croire que la clientèle ne se présente pas pour le rassemblement artistique, mais ce n’est pas le cas, a assuré M. Mabilais.

«La clientèle du Village aime beaucoup les arts, a-t-il poursuivi. C’est aussi une période où il y a une grosse affluence de touristes. Nous sommes sur la même rue que le jazz, alors, vraiment, c’est bénéfique pour nous.»

Mtl en Arts ne favorise pas une forme d’art au profit d’une autre, selon lui. Sculpture, peinture, fresques et bijoux se côtoient sur Sainte-Catherine.

Malgré tout, l’idée d’une participation du public revient souvent à travers cet enchevêtrement artistique. Par exemple, l’événement permet aux visiteurs de faire peindre leur voiture ou leurs vieux meubles.

«Si c’était juste de l’art contemporain, peut-être qu’il y aurait un peu moins d’intérêt, a dit Nicolas Nabonne. Mais, là, il y a vraiment de tout.»

Unicité à Montréal
Le caractère unique de Mtl en Arts dans la métropole joue un rôle majeur pour les arts, a affirmé M. Mabilais.

«Les artistes souffrent, a-t-il dit. Il n’y a pas tant de places pour se faire voir. Avant [le lancement de notre festival], il n’y avait rien, rien du tout. Nous avons décidé de faire cet événement il y a 19 ans pour donner une place aux artistes parce qu’on a un bassin énorme au Québec et on n’en parle même pas.»

Le directeur général espère que la vague de chaleur annoncée pendant les cinq jours du festival n’empêchera pas les Montréalais de sortir.