Culture

SLĀV: Robert Lepage s’exprime sur Facebook

Robert Lepage
Robert Lepage Photo: Clemens Bilan/Getty Images

Dans une lettre publiée vendredi matin, Robert Lepage est revenu sur la controverse entourant le spectacle SLĀV.

«Au cours de la dernière année, on m’a souvent reproché de ne pas m’être assez exprimé sur le sujet et, surtout, de ne pas m’être prêté au jeu des médias. Mais il me semblait que pour émettre une opinion, il me fallait être capable de l’articuler. Je dois avouer que même aujourd’hui, bien qu’elle ait évolué, ma position est encore loin d’être claire. C’est pourquoi il m’apparaissait plus sage de garder le silence que d’ajouter ma voix à la cacophonie générale», s’est exprimé le metteur en scène sur la page Facebook de sa société de production Ex Machina.

«Ce débat a soulevé en moi beaucoup plus de questions qu’il ne m’a fourni de réponses, et j’aurais bien aimé pouvoir m’adresser à mes détracteurs directement, en dehors de l’espace public, sans avoir à passer par l’habituel arbitrage des médias électroniques et des lignes éditoriales de la presse écrite», poursuit-il dans la lettre intitulée SLĀV, une année de bruit et de silence.

C’est donc seulement après plusieurs mois que Robert Lepage a finalement accepté de rencontrer le groupe «Slāv Résistance», le collectif à l’origine du retrait du spectacle de l’affiche du Festival international de Jazz de Montréal.

«Mais, contrairement aux irascibles militants d’extrême gauche dépeints par certains médias, j’étais accueilli par des gens qui faisaient preuve d’une grande ouverture et qui se sont avérés très sensibles, intelligents, cultivés, articulés et pacifiques», se souvient-il. 

«Pendant les quatre heures de notre discussion, parsemée de témoignages émouvants et de nombreux éclats de rire, nous nous sommes écoutés attentivement, dans un respect mutuel. Nous en sommes arrivés à la conclusion que, bien que nous n’allions pas résoudre tous les tenants et aboutissants des problèmes liés à la question de l’appropriation culturelle, une ouverture au dialogue venait de s’opérer.» 

Le metteur en scène dit avoir pris certains engagements auprès du collectif afin de continuer à faire évoluer la réflexion avant les représentations prévues en janvier prochain dans plusieurs villes du Québec.

Robert Lepage souhaite tout d’abord «inviter l’un ou l’une d’entre eux à venir assister aux répétitions de SLĀVavant sa reprise en janvier afin de témoigner des nombreux changements apportés au spectacle», mais aussi «leur offrir une tribune afin d’échanger avec le public et les artistes à la suite de certaines représentations».

Enfin, il a annoncé des changements structurants au sein de la société de production Ex Machina et souhaite «assurer une représentation significative de la communauté afrodescendante de Québec au sein de la programmation du futur Diamant».  

«En ce début d’année, je me propose d’essayer de faire mieux. Mais il est évident que ces résolutions n’arriveront jamais à satisfaire tout le monde. Elles me semblent tout de même être quelques pas dans la bonne direction afin de signifier qu’à travers tout ce vacarme, il nous est possible de dialoguer calmement», conclut Robert Lepage. 

Découvrez la lettre de Robert Lepage dans son intégralité.

Articles récents du même sujet