Culture

Un court-métrage autochtone sélectionné à Sundance

Un court-métrage autochtone sélectionné à Sundance
Photo: Collaboration spéciale

L’oeuvre Katatjatuuk Kangirsumi (Chants de gorge à Kangirsuk) d’Eva Kaukai et Manon Chamberland fera partie de la sélection officielle des courts-métrages présentés au prestigieux festival de films Sundance. Le film met en scène les cinéastes en train de pratiquer le chant de gorge, un jeu vocal auquel les femmes inuites de l’Arctique canadien s’adonnent en duo. Les voix des adolescentes accompagnent des plans aériens captés par drones du village de Kangirsuk et ses environs au Nunavik.

«Les chants de gorge sont depuis longtemps une forme d’expression pour notre peuple et permettent aux femmes d’exprimer leur stress, leur faim, leur solitude ou leur joie. Il était assez courant d’entendre une femme qui allait prendre part à un mariage arrangé en chantant», explique la coréalisatrice et protagoniste Manon Chamberland.

Respectivement âgées de 18 et 17 ans, Eva Kaukai et Manon Chamberland ont tourné pendant un mois leur premier court-métrage dans le cadre d’un atelier offert par le Wapikoni, un studio ambulant de formation et de création audiovisuelle et musicale dédié aux jeunes autochtones. À travers le chant de gorge, qui imite les sons de la nature, elles disent avoir exploré le lien étroit qui unit les humains, la faune et le territoire.

«Le festival Sundance est une incroyable vitrine pour les voix autochtones de la nouvelle génération dont font partie Eva Kukai et Manon Chamberland et contribue à la diffusion de traditions ancestrales portées par ces cinéastes inuites», note la productrice Manon Barbeau, cofondatrice du Wapikoni.

Chants de gorge à Kangirsuk sera présenté en première mondiale à Park City entre le 24 et le 31 janvier.