Culture
08:24 28 mai 2020 | mise à jour le: 28 mai 2020 à 08:24 temps de lecture: 3 minutes

We Are One: le cinéma est une fête

We Are One: le cinéma est une fête
Photo: Collaboration spéciale«Air Conditioner»

Qu’arrive-t-il lorsqu’une pandémie mondiale empêche la tenue de tous les grands événements de cinéma internationaux? Les équipes de 21 prestigieux festivals, dont Cannes, Berlin, Toronto, Venise et Locarno s’unissent – à l’invitation du Tribeca Film Film Festival – pour célébrer le meilleur du septième art en ligne. Voici ce qui a retenu l’attention de Métro dans la programmation de We Are One: A Global Film Festival.

Des découvertes prometteuses à We Are One

We are One présentera quatre films en exclusivité mondiale, dont le documentaire Ricky Powell: The Individualist, de Josh Swade. Photographe de rue à New York dans les années 1980 et 1990, Powell  a aussi capté sur pellicule les débuts
de la scène hip-hop.

Le festival fait aussi une belle part au cinéma du monde entier. Ainsi, on aura la chance de voyager au Maroc, avec Volubis du réalisateur Faouzi Bensaïdi et dans une prison à haut sécurité du Mexique avec le documentaire 45 Days in Harvar. Autre voyage intriguant en images et en musique, celui du protagoniste d’Air Conditioner, qu’on suit dans les dédales de Luanda, vibrante capitale de l’Angola.

Leçons de maîtres

Tout bon festival de cinéma enrichit sa programmation de classes de maître, occasions privilégiées d’en apprendre davantage sur la démarche créatrice de grands artistes en plus de se délecter de savoureuses anecdotes.

We Are One offre une quinzaine de conférences captées pour la plupart l’an dernier, dont plusieurs données en duo. Parmi elles, on retient la rencontre entre Francis Ford Coppola et Steven Soderbergh ainsi que celle entre Tessa Thompson et Jane Campion.

Le festival donnera aussi accès à des leçons de cinéma de grands réalisateurs comme John Waters et Guillermo del Toro, de même que des panels avec les acteurs Diego Luna, Tantoo
Cardinal et Zhang Zyi.

Un festival animé

Constitué en bonne partie de la programmation du prestigieux festival d’Annecy, le volet animation comporte 23 courts métrages et expériences de réalité virtuelle. Parmi ce vaste échantillon, notons Bilby, le nouveau-né des studios Dreamworks (Shrek, Madagascar), qui met en scène un mignon marsupial du désert australien.

Pour les plus vieux, on est particulièrement intrigué par la production de réalité virtuelle français L’île des morts, qui plonge dans le célèbre tableau du même nom d’Arnold Böcklin.

Présence canadienne

Une dizaine de propositions canadiennes se sont hissées dans la programmation de We Are One. Parmi elles, plusieurs courts métrages d’animation produits par l’ONF, dont Le cortège, Shannon Amen, ainsi qu’une série de quatre films sur les saisons coréalisée par Pierre-Luc Granjon.

Dans le volet Indigenous Shorts, présenté par le festival de Sundance, se trouvent deux courts documentaires produits par le Wapikoni mobile: My Fathers’s Tool et Throat Singing in Kangirsuk, ainsi que le film d’animation Nutag-Homeland d’Alisi Telengut.

Par ailleurs, le film expérimental Minotaur (ONF) et le percutant documentaire Traveling While Black (Felix & Paul) font partie de la sélection de films en réalité virtuelle du festival.


We Are One: A Global Film Festival sera présenté gratuitement du 29 mai au 7 juin sur YouTube

  • Des dons seront récoltés pour des organismes engagés dans la lutte contre la COVID-19
  • La programmation complète est accessible au weareoneglobalfestival.com

Articles similaires