Culture
10:02 5 juin 2020 | mise à jour le: 5 juin 2020 à 10:03 temps de lecture: 5 minutes

7e Ciel: films, livres, balados… on s’éduque sur le racisme

7e Ciel: films, livres, balados… on s’éduque sur le racisme
Photo: Collaboration spéciale«Briser le code»

Devant l’ampleur des manifestations entourant la mort de George Floyd et le débat suscité par les violences policières et le racisme systémique, ici comme aux États-Unis, les journalistes de Métro ont décidé cette semaine de consacrer le 7e Ciel à la question raciale.

Briser le code

Pour alimenter cette réflexion douloureuse, mais absolument nécessaire, on vous conseille de commencer par le documentaire Briser le code, qui s’intéresse au sort des personnes racisées dans la société québécoise. Le code en question, c’est tout une série de comportements qu’adoptent, consciemment, ou non, les personnes non-blanches pour se fondre dans la majorité et éviter d’être discriminées. Un code qui équivaut souvent à la négation de leur identité propre. Bâti autour d’une conférence de l’entrepreneur social Fabrice Vil, le documentaire s’intéresse aussi aux communautés arabes, asiatiques et autochtones. À voir absolument pour comprendre comment opère le racisme ordinaire.
Benoit Valois-Nadeau

3 Brothers de Spike Lee

Le court métrage qu’a sorti le vétéran Spike Lee cette semaine dure à peine plus d’une minute. C’est suffisant pour nous confronter, nous renverser, nous choquer, nous réveiller. Le cinéaste y présente un montage étourdissant alternant entre la réalité et la fiction. La réalité, ce sont les images des arrestations qui ont mené aux morts de George Floyd et d’Eric Garner. La fiction, ce sont des extraits de son chef-d’œuvre Do The Right Thing montrant le personnage de Radio Raheem mourir dans ces mêmes circonstances trop familières. Le parallèle est puissant, tout comme l’ensemble de la filmographie de Lee, qu’on recommande chaleureusement.
En ligne
Marie-Lise Rousseau

I Am Not Your Negro et 13th

Pour mieux comprendre la genèse du racisme inhérent à la société américaine, on vous conseille deux documentaires remarquables. I Am Not Your Negro (sur Kanopy), du réalisateur haïtien Raoul Peck, met en perspective l’assassinat de trois personnalités afro-américaines – Martin Luther King Jr., Medgar Evers et Malcom X –  à travers les écrits de l’écrivain James Baldwin. 13th (sur Netflix) d’Ava DuVernay, avec Angela Davis notamment, retrace l’histoire des Noirs depuis l’adoption de l’amendement qui a aboli l’esclavage en 1865 aux États-Unis jusqu’au système carcéral moderne qui perpétue les inégalités.
Amélie Revert

Pigments forts et Héritage

La base pour se sensibiliser à d’autres réalités, c’est l’écoute. Quoi de mieux que des balados pour ce faire? En voici deux: Pigments forts, animé par les chroniqueuses Vanessa Destinée et Dalila Awada, et Héritage, conçu en marge de la pièce du même nom présentée chez Duceppe. Dans le premier, les deux animatrices discutent sans filtrea en compagnie d’invités variés de racisme, de diversité et d’intersectionnalité. Bref, «de gros mots qui nous font trembler», disent-elles. Le deuxième, animé par Myriam Fehmiu, traite des réalités des artistes noirs au Québec.
Marie-Lise Rousseau

We Were Eight Years in Power

C’est sous le gouvernement de Barack Obama, premier président noir, qu’est né le mouvement Black Lives Matter en réaction à la mort violente de Trayvon Martin, Eric Garner et Michel Brown aux mains de policiers. Dans ce recueil qui rassemble huit de ses reportages pour The Atlantic, l’auteur et journaliste afro-américain Ta-Nehisi Coates explore avec éloquence ce paradoxe et les difficultés de réformer un système injuste face à une Amérique blanche profondément conservatrice.
Aux éditions One World
Benoit Valois-Nadeau

La librairie Racines

Depuis bientôt trois ans, Montréal a sa librairie dédiée aux auteurs afrodescendants. La librairie Racines, dans Montréal-Nord (5118, Charleroi), a profité de la fermeture des magasins pour se mettre au commerce en ligne. En attendant la réouverture complète de la boutique qui sert aussi de lieu de rassemblement, il est donc possible de commander sur le web des ouvrages essentiels comme NoirEs sous surveillance de Robyn Maynard ou l’album jeunesse Le grain de sable, de l’historien Webster, qui  retrace le parcours d’Olivier Le Jeune, esclave et première personne d’origine africaine à vivre au Canada. Un riche catalogue à découvrir au librairieracine.com
Benoit Valois-Nadeau

Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer

Les événements des derniers jours nous ont fait replonger dans le tout premier roman de Dany Laferrière. Trente-cinq ans après sa parution, force est de constater que cette œuvre résonne toujours aussi fort. Difficile de ne pas établir de parallèles avec l’actualité en lisant des phrases comme: «Si je me permets la moindre naïveté, ne serait-ce qu’une seconde, je suis un Nègre mort. Littéralement.» L’académicien y aborde crûment et avec lucidité la fatigue des personnes noires face aux stéréotypes et aux inégalités dont elles sont victimes.
Aux éditions Typo
Marie-Lise Rousseau


Et on se désole pour…

Le déni de racisme

Depuis longtemps, on comprend mal la réticence qu’ont plusieurs personnes, notamment au sein de la classe politique (lire ici le premier ministre Legault), à discuter ouvertement de racisme systémique au Québec. Affirmer qu’il y a du racisme chez nous aussi, ce n’est pas faire le procès de tous les Québécois, mais plutôt faire un premier pas vers une société encore plus juste et égalitaire. C’est ce que toute personne qui a sa communauté à cœur devrait souhaiter, non?
Benoit Valois-Nadeau

Articles similaires

03:30 23 septembre 2019 | mise à jour le: 22 septembre 2019 à 23:34 temps de lecture: 4 minutes
BlackFace vs Poker Face