Culture

Black Lives Matter: une fresque géante à Montréal

Black Lives Matter Montréal
En juillet, les mots "La vie des noir.e.s compte" ont été écrits sur la rue Sainte-Catherine ouest. L'oeuvre a été organisée par la fondation Dynastie et Never Was Average. Photo: Josie Desmarais/Métro

À l’instar de grandes villes américaines comme New York, Los Angeles et Washington, Montréal a désormais une fresque de rue immortalisant un message crucial: La vie des Noir.e.s compte, pendant francophone du célèbre slogan Black Lives Matter.

À l’initiative de la Fondation Dynastie – qui organise chaque année le Gala Dynastie récompensant les artisans des communautés noires – des artistes visuels montréalais et des organismes communautaires ont peint en grandes lettres blanches le message «La vie des Noir.e.s compte».

Le mot «compte» a été tracé aux couleurs de l’arc-en-ciel en clin d’œil à deux symboles. Celui de la communauté LGBTQ+, question de rappeler l’intersectionnalité des luttes pour la justice, et celui de la pandémie de COVID-19: Ça va bien aller.

Fresque militante

Cette œuvre géante s’étend sur une centaine de mètres sur la rue Sainte-Catherine à l’entrée du Village, entre les rues Saint-André et Saint-Hubert. Elle vise à soutenir les communautés noires et leurs revendications dans la foulée du meurtre de George Floyd aux États-Unis.

«Au delà du symbole, nous espérons que ce projet suscite une réelle prise de conscience et fasse émerger un vrai changement de société dans la lutte contre le racisme systémique​​», a déclaré Marhilan Lopez de l’organisme Black Lives Matter Montréal.

À l’international, le mot-clic #BlackLivesMatter est devenu un cri de ralliement ces dernières années pour dénoncer l’injustice, les discriminations et les inégalités que subissent les communautés noires.

«Le slogan #BlackLivesMatter a eu une forte résonance à Montréal. Nous souhaitions exprimer notre solidarité contre le racisme et les disparités en unissant nos voix au-delà des frontières à travers la puissance de l’art»,​ a déclaré Carla Beauvais, cofondatrice de la Fondation Dynastie ainsi que chroniqueuse à Métro.

 «Cette ​œuvre se veut un espace de conversations positives et un rappel durable du message de justice sociale qui est au cœur de ce mouvement.​» -Carla Beauvais

L’œuvre collective a été réalisée sous la direction de Harry Julmice, Hanna Che (Never Was Average) et Niti Marcelle Mueth. Près d’une vingtaine d’artistes y ont contribué, dont Marc-Alain, Teenadult, Moridja Kitenge et Michaëlle Sergile.

Chaque lettre a été d’abord tracée par un organisme montréalais qui lutte contre les inégalités sociales. Parmi eux, Hoodstock, Librairie Racines, Maison d’Haïti et Montréal en action ont participé au projet.

Articles récents du même sujet