Culture
13:26 1 octobre 2020 | mise à jour le: 1 octobre 2020 à 13:26 temps de lecture: 3 minutes

Mort de Joyce Echaquan: Elisapie interpelle François Legault sur le racisme systémique

Mort de Joyce Echaquan: Elisapie interpelle François Legault sur le racisme systémique
Photo: Capture d'écran du compte Facebook d'ElisapieEn larmes, Elisapie interpelle François Legault

L’artiste inuk demande au premier ministre François Legault de reconnaître qu’il existe un racisme systémique au Québec. Elisapie s’est exprimée dans une vidéo diffusée mercredi sur les réseaux sociaux à la suite du décès de Joyce Echaquan à Joliette.

«Il n’y a pas si longtemps, tu as fait une déclaration où tu dis qu’il n’y a pas de racisme systémique dans cette province du Québec. Et je me dis, t’es né où? Je me dis, comment tu peux dire quelque chose comme ça et pas reconnaître l’histoire de ton peuple?» Avec vive émotion, Elisapie interpelle directement François Legault sur la nécessité, l’urgence même, de reconnaître l’existence de ce racisme systémique.

En larmes et enragée malgré un ton calme, Elisapie ne se remet pas du décès dramatique de Joyce Echaquan. Cette femme de la communauté autochtone Atikamekw est en effet morte lundi à l’hôpital de Joliette sous des insultes racistes.

La vidéo de près de huit minutes a été publiée par Elisapie à l’occasion de la journée du chandail orange.

«Tu as une responsabilité incroyable, tu devrais être en train de dire à ton peuple de se conscientiser, de s’informer. De dire à tes ministres de la Culture, de la Santé: « peut-être qu’on devrait avoir des formations pour mieux connaître les Autochtones. » C’est la moindre des choses.» La musicienne implore ainsi le premier ministre de réagir et d’éduquer tous les Québécois pour de «réels changements». Selon elle, «le silence tue. L’ignorance tue».

Mardi, Natasha Kanapé Fontaine pressait aussi au gouvernement Legault d’enrayer le racisme systémique des institutions au plus vite. Dans sa vidéo, la poétesse déclare: «On ne peut pas laisser passer une mort de plus, il faut que ça s’arrête maintenant.»

Des quotas?

Afin d’appuyer ses propos, Elisapie fait aussi référence à l’invisibilité des Autochtones dans les médias et la culture. «Est-ce qu’on nous voit nous, les Autochtones? Est-ce qu’on entend nos langues, nos histoires?» se questionne-t-elle en prenant l’exemple de la populaire émission de télévision La Voix.

Pour Elisapie, l’instauration de quotas pourrait peut-être être une solution pour lutter contre le racisme systémique.

Elisapie et Natasha Kanapé Fontaine prendront part à la manifestation de samedi, qui réclame une justice pour Joyce Echaquan.

Articles similaires