Culture
14:36 8 octobre 2020 | mise à jour le: 8 octobre 2020 à 14:36 temps de lecture: 3 minutes

Le MBAM entame une mise à jour de sa structure de gouvernance

Le MBAM entame une mise à jour de sa structure de gouvernance
Photo: Pablo A. Ortiz/MétroLe Musée des beaux-arts de Montréal

Comme l’a recommandé dans son rapport l’expert mandaté par Québec pour étudier la crise au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), le conseil d’administration (CA) de l’institution annonce qu’il entame un «examen en profondeur de l’ensemble de sa structure de gouvernance».

Pour se faire, le CA a mandaté Lise Bissonnette et Pierre A. Raymond à titre de consultants indépendants. Leur travail sera effectué sur une base pro bono, assure le MBAM.

Dans son rapport, Daniel Beaupré soulève le besoin de réformer la gouvernance du MBAM. Cela passe selon lui par la modernisation de la Loi sur le Musée des beaux-arts de Montréal et le Règlement sur l’administration générale du Musée des beaux-arts de Montréal. Ces deux énoncés législatifs ont été mis en place il y a près de 50 ans .

«Le contexte culturel, social, économique et financier a beaucoup évolué et l’encadrement du Musée doit refléter cette transformation.» -Le CA du MBAM

La mise à jour de ces règlements vise ainsi à «actualiser» et à «optimiser» ce qui guide la gouvernance du musée de la rue Sherbrooke.

L’objectif de l’exercice est de rendre le MBAM «plus efficace et mieux adapté notamment aux besoins de ses différentes parties prenantes, dont ses employés, ses bailleurs de fonds publics, ses donateurs, ainsi que ses membres et amis», souligne le CA

Une première étape

Cette révision du cadre de gouvernance de l’institution se fera également par une analyse du rapport commandé par la ministre de la Culture et des Communications du Québec à l’expert indépendant Daniel Beaupré.

Ce rapport a été réclamé dans la foulée de la crise qui secoue le musée depuis le renvoi de son ex-directrice Nathalie Bondil en juillet. Il conclut d’ailleurs à cet égard que le conseil d’administration a «agi de bonne foi, en faisant primer l’intérêt du MBAM et l’obligation de se conformer à ses obligations envers les employés».

L’examen de la structure de gouvernance du musée est également une façon pour le CA de démontrer au ministère «sa meilleure collaboration à l’exploration de pistes de réforme à privilégier».

Rappelons que les membres du MBAM ont récemment exclu Michel de la Chenelière du conseil d’administration dont il était auparavant le président.

L’homme d’affaires Pierre Bourgie le remplace depuis le mois de septembre. Il a notamment la tâche d’embaucher la personne qui succédera à Nathalie Bondil.

Articles similaires