Culture

Osez! En solo: un tête-à-tête avec la danse

Les solos de danse sont présentés devant un ou deux spectateurs à la fois. Photo: Gracieuseté/Stéphane Bourgeois
Caroline Lefer-Palos - Métro Media

Assister à une chorégraphie rien que pour soi, dans un endroit caché de son quartier, c’est la proposition de la compagnie Danse K par K.

Durant le mois d’août, 36 danseurs et chorégraphes ainsi que 30 concepteurs sonores proposeront des chorégraphies de 10 minutes pour seulement un ou deux spectateurs à la fois. Les quartiers montréalais choisis pour les présentations sont : la Petite Italie, le Plateau, Rosemont, Ahuntsic, Villeray et Centre-Sud. Chaque représentation sera très intimiste car le danseur sera seul avec un ou deux spectateurs de la même bulle familiale.

«C’est comme un rendez-vous à l’aveugle» explique Karine Ledoyen, la fondatrice de la compagnie de danse. Le spectateur réserve son billet dans le quartier de son choix mais ne sait pas avec quel artiste. Aussi, il découvre le lieu secret du rendez-vous seulement 24h à l’avance.

À la fin de la chorégraphie, le public peut poser toutes ses questions au danseur et échanger avec lui. «Autant pour les néophytes que pour les amateurs de danse, cela démystifie beaucoup de choses. Tu peux poser toutes tes questions et tu n’es pas gêné parce que tu es tout seul avec l’artiste. C’est une opportunité de découvrir la danse contemporaine en toute simplicité», commente Mme Ledoyen.

Un projet né des contraintes de la pandémie

Si le projet Osez! existe depuis presque 20 ans, il avait été créé autour d’une quarantaine d’artistes. À l’origine c’était un défi lancé aux danseurs. Ils devaient créer une chorégraphie en une journée pour la présenter au public au coucher du soleil. Mais l’année dernière, dû aux mesures sanitaires liées à la pandémie, la compagnie Danse K par K a eu l’idée de ces rendez-vous intimistes.

«Ce qui est beau dans ce projet-là, c’est qu’on garde notre idée de gros rassemblement, c’était un peu notre bonbon de l’été parce que cela créait plein de belles rencontres. On garde cet esprit-là parce qu’on n’est pas ensemble mais on danse tous en même temps à la grandeur du Québec», ajoute la chorégraphe.

Pour préparer leur solo de 10 minutes, les danseurs ont travaillé 20 heures en studio de création. Certains se sont inspirés du lieu du spectacle pour créer, chacun était libre de sa création. «En voyant plusieurs solos, on découvre à quel point la danse a des portes d’entrée différentes. Il y a autant de chorégraphes que de manière de faire de la danse contemporaine», s’enthousiasme Karine Ledoyen. 

Osez! En solo se produira dans quatre régions de la province: Montréal, Québec, les Laurentides et Lanaudière.

Articles récents du même sujet