Culture

7e ciel: on craque pour «L’amour» de Philémon Cimon, «The Suicide Squad», «Apatrides»

«L’amour» de Philémon Cimon est en vente et offert sur les plateformes d’écoute dès vendredi. Photo: Amarillys Tremblay/Courtoisie

Les journalistes de Métro vous livrent leurs sept coups de cœur culturels de la semaine dont L’amour de Philémon CimonThe Suicide SquadApatrides et d’autres.

L’amour de Philémon Cimon

Le moins qu’on puisse dire, c’est que 2020 lui est rentré dedans et qu’il en avait gros sur le cœur. En plus d’avoir porté pendant la pandémie le mouvement #musiquebleue, qui encourage la consommation de musique locale, Philémon Cimon a été chaviré par les morts tragiques de George Floyd et Joyce Echaquan. Ce trop-plein, l’auteur-compositeur-interprète l’a déversé dans l’écriture de 13 chansons folk à la fois très chargées et très dépouillées. Dans ses textes on ne peut plus directs, visiblement écrits d’un trait, ainsi que dans sa voix fébrile, on ressent toute l’urgence qui l’a habité pendant la création. Philémon Cimon n’a nulle part où se cacher : il extériorise sans filtres ses sentiments, tant dans l’intime que dans le politique. Le résultat est un album cathartique, qui prend parti pour la douceur et l’unité. Pour l’amour, quoi.
Marie-Lise Rousseau

The Suicide Squad

Enfin! L’univers DC se réinvente et renoue avec le succès pour le reboot de cette Suicide Squad qui porte bien son nom. En confiant la réalisation au trublion James Gunn (<@bi>Gardiens de la Galaxie), la maison DC laisse enfin le champ libre à un amoureux du comics qui le porte efficacement à l’écran. Subversive, jouissive et toujours drôle, cette mission suicide est portée par les bonnes performances de ces antihéros, Idris Elba, Margot Robbie, Daniela Melchior ou encore John Cena. Qui l’aurait cru?
En salle
Martin Nolibé

Apatrides

La réalisation sensible et intime de Michèle Stephenson relate la campagne d’une jeune avocate qui lutte pour les droits humains et contre la corruption qui règne en République dominicaine. Rosa Iris aide aussi des personnes qui ont perdu leur citoyenneté en raison de leur ascendance haïtienne, car plus de 200 000 Dominicains sont désormais apatrides. L’ONF distribue ici un documentaire nécessaire qui questionne brillamment l’arbitraire de certaines frontières et nationalités.
En salle aujourd’hui et en ligne dès le 3 septembre
Charlotte Mercille

To You de CRi

Après le succès de ses deux EP et de son premier opus Juvenile sorti en octobre 2021, Christophe Dubé, alias CRi, continue son petit bonhomme de chemin. Privé de concert par la pandémie, CRi se réconforte et nous réconforte avec To You, un nouvel EP sur le label Anjunadeep. Trois titres dont No Mission pour retrouver ce son émouvant et planant qui le caractérise et qui nous transporte durant quelques minutes dans la ferveur d’une nuit d’été en plein festival.
Sur les plateformes d’écoute
Martin Nolibé

Bagels

Les bagels de Saint-Viateur, un classique. Pour Fanie Demeule, ils sont associés à ses visites chez la psy, l’été avant son entrée à l’université, lorsqu’elle comptait les calories avec assiduité. Comme toujours, l’autrice nous confie un récit intime sur la fragilité du corps, de l’âme, de l’existence. Les mots y sont incarnés par de douces illustrations d’Amélie Dubois. «Quand est-ce qu’on sait que c’est fini?» Une interrogation qui en dit long…
Aux Éditions Hamac
Amélie Revert

Ce qu’un jeune mari devrait savoir

On croirait lire le line-up d’un festival branché en consultant la liste des auteurs qui participent à cet ouvrage collectif. Coco Belliveau, Stéphanie Boulay, Martine Delvaux, Heather O’Neill, Patrick Watson, Simon Boulerice et notre collègue Lili Boisvert ne sont que quelques-unes des plumes rassemblées par Arizona O’Neill pour partager leurs réflexions éclatées, féministes et pleines d’humour sur le mariage. Un recueil ludique et sérieux qui vous apprendra notamment «comment conquérir les amies de votre épouse sans laisser croire que vous voulez coucher avec elles» et «pourquoi il ne faut jamais parler à son amante des cadeaux d’anniversaire de sa femme».
Aux Éditions Marchand de feuilles
Marie-Lise Rousseau

Poly Styrene: I Am A Cliché

Marianne Joan Elliott-Said, aka Poly Styrene, est une icône, presque malgré elle, du mouvement punk des années 1970-80 au Royaume-Uni. Dans ce documentaire coréalisé par Paul Sng, l’éternelle adolescente, afrodescendante au sourire bagué et au style détonnant – qui agence et porte les couleurs mieux qu’elle aujourd’hui encore? – nous est racontée à travers le récit de sa fille unique, Celeste Bell. Le résultat donne quelque chose de fort intéressant, en exploitant les nombreuses facettes de sa personnalité intrigante.
Sur demande au fantasiafestival.com
Amélie Revert


Et on se désole pour…

La disparition de Rock Demers

Il était le père des Contes pour tous. Le producteur Rock Demers est décédé le 17 août à l’âge de 87 ans. Dans les années 1970, il avait fondé la société Les Productions de la Fête à laquelle on doit Bach et Bottine, La grenouille et la baleine et La Guerre des tuques qui ont marqué plusieurs générations de Québécois. Personnalité incontournable du cinéma d’ici, il était aussi impliqué auprès de l’ONF, la Cinémathèque et le Festival international du film de Montréal. 
Amélie Revert

Articles récents du même sujet