Culture

BleuBleu et Pierre Kwenders célèbrent toutes les couleurs du Québec

Pierre Kwenders au festival BleuBleu Photo: Benoit Daoust

Magnifique soirée de Saint-Jean-Baptiste que celle passée au festival BleuBleu à Carleton-sur-Mer en compagnie notamment du Montréalais d’origine congolaise Pierre Kwenders, qui a offert un spectacle dansant et multilingue des plus réjouissants.

Alors que le spectacle de la Saint-Jean à Montréal la veille avait comme slogan «J’aime ma langue» et que la loi 96 discutée présentement à Québec vise à renforcer la loi 101, il fallait se rendre jusqu’en Gaspésie pour assister à une célébration de la Saint-Jean-Baptiste où différentes langues et cultures se mariaient ensemble pour faire danser et célébrer notre Belle Province.

«C’est aussi ça le Québec», a lancé Pierre Kwenders devant une foule en extase en fin de spectacle après avoir chanté en ingala, en français, en anglais, en tshiluba et en kikongo les chansons de son dernier album José Louis and the Paradox of Love ainsi que de plus anciens succès.

Pas qu’une seule langue

Rencontré par Métro sur la plage quelques heures avant sa performance, l’auteur-compositeur-interprète explique croire que l’identité québécoise ne se limite pas qu’à la langue française.

Lorsque vient le temps de célébrer notre fête nationale, il estime qu’il «faut briser la barrière mentale qui consiste à se dire que parce que de la musique est chantée en d’autres langues que le français, elle ne célèbre pas le Québec ou ne contribue pas à la fierté québécoise».

Cela dit, il insiste aussi pour dire qu’il ne tient pas à ce qu’on cesse totalement les spectacles uniquement en français pour la Saint-Jean, mais qu’il souhaite juste qu’on fasse de la place pour plus de monde.

Le Québec pour tous

«C’est beau quand on célèbre tous ensemble. Le Québec, il est à nous tous. On peut bien vivre tous heureux ensemble.»

Que le festival BleuBleu l’invite pour faire le spectacle de la Saint-Jean est selon lui un exemple à suivre. C’est aussi un honneur pour lui, qui est très fier d’être Québécois, comme il est fier d’être Congolais, et qui adore la Saint-Jean-Baptiste. 

«Une des premières fêtes que j’ai célébrées au Québec, c’est la Saint-Jean. Je me rappelle plus jeune avec mes amis, on allait fêter à Québec chaque année. C’est une fierté, ça fait partie de cette culture qui m’a accueilli, il faut en être fier.»

Sans surprise, lorsque plus jeune il assistait à ces célébrations de la Saint-Jean, il ne se sentait pas nécessairement bien représenté. Il estime que c’est encore le cas pour bien des gens aujourd’hui, mais il croit bien fort qu’il y a une place pour tous quand vient le temps de célébrer le Québec.

Les programmatrices Myriam Sophie Deslauriers et Anne-Julie St-Laurent ne voulaient pas faire une déclaration politique avec ce choix de spectacle. «Justement, c’est le fun qu’il n’y en ait pas», indique Anne-Julie St-Laurent. Le but était de faire danser et c’est mission accomplie.

Pour tous les goûts

Le festival BleuBleu se poursuit tout le week-end avec une programmation des plus diversifiées. Marjo, Mike Shabb, Jerusalem In My Heart, Hubert Lenoir, Ariane Roy et plusieurs autres se succéderont dans différents lieux de la ville au cours de la fin de semaine.

Les programmatrices concoctent leur programmation selon leurs coups de cœur en ayant en tête que tout le monde puisse y trouver son compte.

«On essaye toujours d’avoir au moins un spectacle que mon père va vouloir aller voir, un autre que mon petit cousin de Carleton va vouloir voir et un autre que mes amis de Montréal vont vouloir voir», explique Myriam Sophie Deslauriers.

Pour l’instant, leurs choix sont toujours fructueux puisqu’en à peine quelques éditions, le festival est devenu un incontournable pour des gens de Montréal comme pour d’autres de Carleton qui reviennent année après année.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet