Soutenez

Une fin de semaine magique au festival de musique BleuBleu

festival BleuBleu
Édition 2021 du festival BleuBleu à Carleton-sur-Mer Photo: Benoit Daoust

Pendant quatre jours, le jeune festival BleuBleu a fait se retrouver artistes et public à Carleton-sur-Mer en Gaspésie. De Flore Laurentienne à Marie Davidson & L’Œil Nu, notre journaliste a pu assister à plusieurs spectacles. Compte-rendu d’un moment euphorique.

Tout commence jeudi en fin de journée, alors que le soleil réchauffe encore le coeur des festivaliers de BleuBleu. En ce jour de la Saint-Jean-Baptiste, l’excitation et la bonne humeur sont palpables. Sur la scène du quai de Carleton-sur-Mer, Laurence Jalbert succède à Jonny Arsenault. La Gaspésienne enchaîne ses tubes, dont Pour toi que tout le monde chante à tue-tête, et n’hésite pas à se livrer sur les instants les plus intimes de sa vie. L’atmosphère est aussi émotive que réjouissante.

Tout ensuite ne sera qu’un crescendo de joyeux évènements. La pleine lune, d’abord, qui se lève doucement et s’illumine d’un intense orange. Et puis le match du Canadien qui commence en plein milieu du concert… C’est donc peu dire que la tension est à son comble. Laurence Jalbert donne d’ailleurs le score en direct, et, sitôt le spectacle fini, tous courent vers la télé la plus proche pour suivre la fin de la partie. Peu après 23h, une liesse résonne dans toute la Baie-des-Chaleurs: les Habs vont en finale de la Coupe Stanley. Et c’est toute une Fête nationale qui s’achève (ou pas)!

Prendre l’air marin à BleuBleu

Rencontrés vendredi à quelques heures de leur premier concert devant public depuis des mois – également leur tout premier en région – Marie Davidson & L’Œil Nu sont aussi contents que nerveux. «On est en amour avec le pays», nous dit ainsi Asaël Robitaille et «avec la mer, ça ne pourrait pas être mieux», ajoute Marie Davidson.

Leur passage à BleuBleu était l’occasion pour le groupe montréalais de présenter Jesse Osborne-Lanthier, membre qui vient de les rejoindre, mais aussi un peu de leur nouvelle musique depuis la sortie de Renegade Breakdown à l’automne 2020.

En soirée, devant un public exalté par le Dj set de Cri qui vient de se terminer, c’est donc au désormais quatuor de prendre les commandes du festival. Pendant près d’une heure, Marie Davidson & L’Œil Nu livrent une performance remarquable malgré quelques soucis techniques. On retient notamment leur version électrisante de Back to rock et un final à l’ambiance club sur Work it.

Le lendemain, sous une pluie torrentielle, Maky Lavender et Lost ont pour leur part survolté une crowd qui l’attendait fermement au pied du Mix Bus. Les prestations étaient peut-être un peu moins convaincantes que le reste – les chansons faciles sur la pandémie, est-ce que c’était vraiment nécessaire? – mais si les spectateurs sont ravis, c’est ce qui compte, n’est-ce pas?

Communion en musique

De son côté, l’artiste Vanille, qui s’est produite samedi en soirée à la Cabane-à-Eudore, compare BleuBleu à un rêve. «C’est bucolique. En marchant sur la plage j’ai même pris un bébé homard dans mes mains, je lui ai dit bonjour et je l’ai reposé», raconte-t-elle, un brin émerveillée. Et de poursuivre «hier on est allé voir Avec pas d’casque donc ça a très bien commencé».

En effet, la veille, vendredi en après-midi, Joseph Mihalcean (aka le musicien Joseph Marchand) et Avec pas d’casque proposaient un excellent show à l’église Saint-Joseph. Après une absence de trois ans pour la bande de Stéphane Lafleur, les retrouvailles avec le public étaient très enthousiasmantes.

Coup de coeur pour Safia Nolin qui a accompagné Joseph Mihalcean, juste le temps d’une chanson (et d’avoir les larmes aux yeux). Rappelons que celle-ci a également donné un concert carte blanche avec Maryse Goudreau dimanche soir, auquel Métro n’a malheureusement pas pu assister…

Enfin, l’apothéose de cette troisième édition de BleuBleu a sans aucun doute été le spectacle en or offert aux festivaliers par Flore Laurentienne samedi. Pendant une heure, peut-être plus, peut-être moins, le temps s’est littéralement arrêté à l’église Saint-Joseph, toujours. Le mélange de musique expérimentale, électronique et néoclassique de Mathieu David Gagnon et ses collaborateurs a su subjuguer et fasciner l’auditoire.

À l’année prochaine BleuBleu!

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.