Culture

Le gala Juste pour rire d’Emmanuel Bilodeau: chialer pour mieux rigoler

Photo: Yves Provencher/Métro

C’était dans un gala au festival Juste pour rire en 2011. Un numéro politico-humoristique qui avait valu à Emmanuel Bilodeau une véritable ovation. Hier, il était de retour non seulement à Juste pour rire, mais à la tête de son propre gala.

Et l’acteur ne s’en est pas mal tiré du tout.

On le sait, c’est son talent de verbomoteur jouant avec les mots qui fait le succès de Bilodeau, et c’est ce avec quoi il a ouvert le gala, suivant le thème choisi : le chialage! «L’eau douce n’est plus notre ressource la plus abondante au Québec, il faudrait convertir le chialage en énergie!»

Le comédien et comique a aussi ressuscité, en milieu de spectacle, son fameux personnage de Tonino Tomato, pour faire une «Commission Tomato» et prouver que les municipalités devraient être placées sous la tutelle de la mafia, et où ont témoigné (les vrais!) Alain Gravel, «pas Gilles Duceppe» ou Daniel Paillé, le chef du Bloc québécois, et Colette Provencher, «responsable de la mauvaise météo» : un bon flash, même si c’était inégal.

Par ailleurs, Bilodeau a su s’entourer de plusieurs très bons humoristes, principalement de la relève. On retient entre autres le toujours aussi drôle et mordant Guillaume Wagner, qui a parlé misogynie et «hommes qui pensent que leur pénis est la solution à tout». On a aussi découvert avec plaisir le jeune humoriste français Verino, qui a fait craquer le public avec un monologue sur les façons stupides de mourir, comme le cas de cet homme dont le chien a tenu à rapporter le bâton de dynamite qu’il venait de lancer. Virginie Fortin, dont c’était le premier gala (la fille d’un dénommé Bernard, nous a soufflé Emmanuel Bilodeau) a aussi impressionné avec une série de one-liners irrévérencieux («On m’a déjà comparée à Karine Vanasse. On m’a dit que j’étais vraiment bête comparée à Karine Vanasse», a-t-elle d’ailleurs lancé).

Le grand Jeremy Demay et le petit Billy Tellier ont pour leur part composé un sympathique duo commençant par un quiproquo franco-québécois sur le sens du mot chialer. Laurent Paquin, Martin Petit, Peter McLeod et Olivier Martineau (qui a obtenu une ovation) ont aussi bien fait rire la foule, et au final, on imagine que celle-ci n’aura sûrement pas eu envie de chialer en sortant de la salle Wilfrid-Pelletier!

Quelques gags qui ont ponctué la soirée d’hier :

  • «Depuis que les premiers colons sont arrivés, les Québécois chialent; ce fut d’ailleurs le premier cas de côlon irritable…» – Emmanuel Bilodeau
  • «Vous avez donné un nom à ça : le chialage! En France, ça s’appelle juste la vie de tous les jours!» – Verino
  • «Appeler un pays les États-Unis, c’est comme appeler ton enfant Paquet d’atomes!» – Virginie Tremblay
  • «Un Français joyeux, c’est comme un Italien qui te donne une facture, c’est pas crédible!» – Billy Tellier à un Jeremy Demay refusant de chialer
  • «Le chat – ou, comme j’aime l’appeler, le chien des pauvres…» – Olivier Martineau

Articles récents du même sujet