Culture

Cette semaine, on craque pour: Chemin Saint-Paul, Peep Show, Septembre…

Cette semaine, on craque pour: Chemin Saint-Paul, Peep Show, Septembre…
Photo: Martine DoyonLise Tremblay

Cette semaine, on craque pour… Chemin Saint-Paul, Quand c’est de Stromae, Peep Show, Colbert, Kristen Wiig dans Welcome to Me, Septembre et Têtes d’affiches à Vrak.tv.

1. Chemin Saint-Paul
«Contre la folie, je ne crois qu’à l’exil», écrit Lise Tremblay dans son nouveau roman, Chemin Saint-Paul. Pourtant, dans ce même roman, fabuleusement écrit, dans lequel chaque mot agit comme une douche froide suivie d’un pansement doucement posé sur une plaie béante, l’écrivaine québécoise troque l’exil contre la confrontation, la regardant, cette folie, à visage découvert, remontant à ses origines. D’une plume belle et incisive, elle raconte la mort de son père adoré, le souvenir de sa dernière phrase et, en parallèle, le mal de sa mère «construite dans la terreur», qui a élevé ses enfants de la même façon. Dans la peur. Ouf. Un choc. Aux éditions du Boréal. (Natalia Wysocka)

2. Le clip «Quand c’est» de Stromae
En toute sobriété, Stromae s’attaque dans son dernier clip au mal du siècle : le cancer. Sur la scène d’un ancien théâtre rongée par des racines et des branches acérées, le chanteur belge défie et mime, sous une lumière crue, cet infâme crabe qui pince et tue au gré de ses envies meurtrières. Une chorégraphie spontanée et minutieusement exécutée, appuyée de mots simples, mais saisissants de vérité (ils ont même été traduits en anglais!). Réalisé par Xavier Réyé, le clip, tout en noir et blanc, de Quand c’est? (comprenez cancer) est un écrin pour cette danse avec la mort. Bouleversant! (Anicée Lejeune)

3. Peep Show
Perdre quelqu’un qu’on aime, ça arrive à tout le monde. C’est sans doute pour cette raison que Peep Show, malgré son excentricité, a le potentiel de toucher – et de perturber – un large public. Malgré leurs voix surnaturelles et leurs personnalités peu communes, les personnages interprétés par Monia Chokri dans cette pièce solo de Marie Brassard, démunis devant les échecs amoureux ou sexuels, vivent des expériences universelles. L’ambiance inquiétante, la musique poignante et le jeu lent et sensible de la comédienne servent très bien leurs histoires intimes. Le texte est marquant, truffé de passages susceptibles de nous trotter dans la tête. On émerge de ce spectacle comme d’un rêve dont on se souviendra longtemps. Et en ayant besoin d’un câlin. À l’Espace Go. (Roxane Léouzon)

4. Stephen Colbert
En concurrence à 23 h 35 avec Jimmy Fallon (et ses jeux avec les célébrités) et Jimmy Kimmel (et ses gags), Stephen Colbert et son Late Show (en compagnie de Stephen King sur la photo) nous ont convaincu qu’il y a de la place pour un autre ton. Alors oui, les stars sont là pour la promo, mais la première question qui leur sera posée aura plus de substance qu’une remarque mignonne sur leur animal de compagnie. Après deux semaines en ondes, Stephen Colbert a déjà invité un juge de la Cour suprême et le secrétaire général de l’ONU. Des sujets sérieux saupoudrés d’humour, on vote oui! À CBS et à Global (Baptiste Barbe)

5. Kristen Wiig dans Welcome to Me
On sait bien sûr Kristen Wiig (Bridesmaids) capable de jouer la comédie de façon délectable. Mais dans Welcome to Me, de Shira Piven, présentement en DVD, elle se glisse dans la peau d’une divorcée atteinte d’un trouble de la personnalité borderline qui, après avoir gagné le gros lot, se paie une émission dont elle-même est le sujet. Et elle crève l’écran tant elle marche avec brio et nuance, comme une funambule, sur la ligne entre comédie et drame. (Jessica Émond-Ferrat)

6. Septembre
Avec son regard de mère inquiète, «pas fâchée, contrariée», une femme observe la cour de l’école où sa fille l’attend, couchée à l’infirmerie, en proie à une nouvelle crise de maux de ventre. Derrière la grille qui sépare les enfants de leurs mamans – trop au goût de ces dernières, pas assez au goût des premiers – elle analyse ce microcosme où «les petits caïds» règnent, où les gentils garçons pas assez truands souffrent fort et où les fillettes blondes s’en sortent mieux que toutes les autres. Magiquement mis en scène par Daniel Brière, ce  texte signé et interprété par Evelyne de la Chenelière est tellement fort et rentre-dedans que nous aussi, on a eu mal au ventre. Maman. À l’Espace libre jusqu’au 3 octobre. (Natalia Wysocka)

7. Kim Gordon chez Marc Maron
On n’avait jamais cessé de l’aimer, non. Mais avec la sortie de sa biographie Girl In A Band, on s’est rappelé à quel point Kim Gordon pouvait facilement prétendre au titre de «Femme la plus rock de l’univers». La chose se confirme à l’écoute du passage de la musicienne et artiste visuelle, il y a un petit moment déjà, on sait, mais tout de même, au renommé podcast de Marc Maron, WTF. Dans cette captivante entrevue, l’ex-Sonic Youth, pourtant réputée pour haïr les discussions avec les journalistes, se vide le cœur sur tout plein de choses. La trahison de Thurston, sa lente reconstruction, son amour pour sa fille qui est «tellement cool», ses récents rencards. Fidèles de Kim, n’attendez pas (comme on l’a fait) et écoutez le tout au wtfpod.com.(Natalia Wysocka)

On se désole pour…

Les Québébois joués par des non-Québécois
On était prêt à passer l’éponge lorsque, dans un épisode, des personnages de Brooklyn Nine-Nine arrivaient de New York à l’aéroport international de… Drummondville. Mais quand on a entendu un policier à l’accent français de France, on s’est dit : «Encore une télésérie américaine qui manque de tact!» Puis quand une «Québécoise» (Chantelle!) cria affreusement «Sécurité! Ce sont des imposteurs», on a pensé que c’était plutôt l’actrice américaine, l’impostrice! Consolons-nous : 1. La saison 2, qui vient d’arriver en DVD, reste très drôle. 2. Même l’acclamée Mad Men a été prise en flagrant délit d’usurpation d’identité québécoise. (Baptiste Barbe)