Arts et spectacles

Soirée 100% Québ à MURAL avec Klô Pelgag et Thierry Larose 

Klô Pelgag en concert au MURAL mercredi soir
Klô Pelgag en concert au MURAL mercredi soir Photo: Darwin Doleyres/Gracieuseté

La musique alternative québécoise était à l’honneur mercredi au festival MURAL. La flamboyante Klô Pelgag et le rockeur Thierry Larose, tous les deux bien entouré.e.s de musicien.ne.s, ont offert une soirée 100% locale.

On n’avait pas encore vu autant d’instruments sur la scène de MURAL avant le septième jour de cette 10e édition, qui réunit la musique et les arts visuels sur le boulevard Saint-Laurent.

La jeune auteur-compositeur-interprète Thierry Larose et son band ont d’abord réchauffé la foule timide en début de soirée. Le chanteur indie rock était entre autres accompagné au clavier par Lysandre, une artiste qui a elle-même lancé son projet solo et qui jouait un premier spectacle aux Francos de Montréal la veille. 

En plus d’avoir interprété sa dernière nouveauté, J’ai des nœuds dans les doigts, Thierry Larose a rocké avec le morceau titre de son album, Cantalou. L’artiste a laissé chanter le public qui connaissait les paroles durant Les amants de Pompéi, une chanson pour laquelle il a remporté le prix SOCAN 2021. 

Chaotique et douce Klô Pelgag

Klô Pelgag et sa pop baroque mais accessible ont ensuite pris le relais. Parfois assise au piano, parfois debout à la guitare, la multi-instrumentiste ne chôme pas en spectacle, ce qui fait d’elle une valeur sûre. 

Elle était d’ailleurs aussi bien entourée de plusieurs musicien.ne.s, mais aussi des choristes N NAO et Laurence-Anne, deux chanteuses qui mènent également leur carrière solo. Si Klô Pelgag était vêtue d’une robe avec un long blazer vert, le reste de son groupe portait des sarraus blancs.

L’autrice-compositrice-interprète a chanté la plupart des pièces de son troisième et plus récent album, Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, qui raconte un cheminement intrinsèque tantôt suffoquant, mais puissamment émancipateur et affranchissant.

Mais c’est vraiment pendant l’interprétation, portée par la voix singulière tout en douceur de l’artiste, d’Incendie, tirée de son deuxième album L’étoile thoracique, qu’on a eu droit au moment le plus magique de la soirée, sous un éclairage rouge.

Lorsqu’elle s’adresse à la foule, Klô Pelgag aime utiliser l’ironie et faire des blagues d’un ton narquois.

«Ah! Enfin! Ça, c’est mon Québec!», a-t-elle lancé après avoir désaccordé sa guitare pour un son plus «authentique». «Près de nous, facile d’approche, comme mon cousin Émile [Bilodeau].» 

«Merci d’avoir laissé faire les Francos pour nous», a-t-elle aussi lancé à une foule conquise après Samedi soir à la violence. 

Le spectacle s’est conclu avec, en rappel, Les ferrofluides-fleurs, la chanson la plus connue de l’artiste.

Le festival MURAL se poursuit ce soir avec une soirée d’artistes internationaux. C’est le duo de rappeurs belges Caballero & JeanJass, en remplacement de Kaaris, ainsi que le DJ français Vladimir Cauchemar qui braveront l’orage sur scène. Une deuxième zone du festival située au centre-ville devait être inaugurée cette année avec trois concerts majeurs, mais ce projet fut annulé, faute de ressources humaines.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet