Soutenez

Avec «Stat», Ludivine Reding s’affranchit de «Fugueuse»

Ludivine Reding incarne l'infirmière Sophia St-Jean dans la nouvelle série quotidienne "Stat", à Radio-Canada
Ludivine Reding incarne l'infirmière Sophia St-Jean dans la nouvelle série quotidienne "Stat", à Radio-Canada Photo: Josie Desmarais / Métro

Ludivine Reding, 25 ans, joue pour la première fois un personnage de son âge dans la nouvelle quotidienne Stat, à ICI Télé. Car, dans Clash, La dérape ou Cerebrum, l’actrice incarnait davantage les adolescentes que les jeunes femmes matures. Mais, surtout, avec ce rôle de l’infirmière Sophia St-Jean, Ludivine espère marquer une rupture avec l’incroyable tourbillon que fut Fugueuse, en 2018.

Car le temps a filé, une pandémie est passée et, mine de rien, il y aura déjà cinq ans en janvier prochain que la prenante histoire de Fugueuse nous révélait le talent de Ludivine et nous scotchait à nos écrans. Nullement amère d’être encore identifiée aux déboires de Fanny et aux abus de Damien, cette dernière ne reniera jamais la série de Michelle Allen. Mais Ludivine Reding se dit résolument prête à tourner la page.

«J’ai hâte que certaines personnes me voient comme une femme, avoue la principale intéressée en échange téléphonique avec Métro. Car j’ai vieilli. J’ai participé à des projets incroyables en tant qu’actrice, que beaucoup de gens ont adorés, mais Fugueuse a tellement rejoint toutes les générations que c’est encore présent aujourd’hui. Mais je pense que Sophia, dans Stat, est le rôle parfait pour faire une petite coupure.»

Photo : Eric Myre

«Il y a quelques jours, je regardais Marina Orsini qui partageait des photos des Filles de Caleb sur Instagram, parce que la série sera rediffusée sur Netflix, poursuit Ludivine en guise de comparaison. Ça fait bien plus longtemps que Fugueuse, et Marina a fait plein d’autres choses marquantes depuis, mais beaucoup de gens ont encore cette image d’elle. Je ne pense pas que c’est possible que le public oublie Fugueuse, mais j’ai hâte de sentir que, pour certains, je suis plus que ça.»

Un peu d’imagination…

Récemment, Ludivine a aussi tourné dans deux épisodes de la deuxième saison de Portrait-robot (à venir éventuellement sur Club illico), dans un contexte qui l’a totalement «sortie de [sa] zone de confort», affirme-t-elle. Une autre proposition qu’elle a complètement adorée.

L'affiche officielle de "STAT", la nouvelle quotidienne d'ICI Télé, en ondes à l'automne 2022
L’affiche officielle de Stat, la nouvelle quotidienne d’ICI Télé, en ondes dès le lundi 12 septembre
Courtoisie Radio-Canada

Juge-t-elle que son apparence menue, sa chevelure blonde et ses traits délicats ont pu la cantonner à un type de casting depuis le début de sa carrière, ou contribuer à renforcer le parallèle avec Fanny de Fugueuse? Ou, alors: la beauté physique est-elle un cadeau à deux tranchants pour une comédienne?

Ludivine reste un instant stupéfaite de la question, avant de fantasmer à haute voix.

«Avec un peu d’imagination, on peut tout faire, lance-t-elle. Je rêve de me transformer physiquement, de jouer quelque chose d’un peu trash, sale. J’ai toujours dit que je carbure aux défis et je suis prête à n’importe quoi. Je pense juste qu’il faut penser plus loin et s’attarder à ce que la personne dégage. À la base, on est là pour jouer des rôles différents de nous!»

Le syndrome de l’uniforme

D’ici là, à compter du 12 septembre, c’est dans l’uniforme bleu de la dévouée infirmière Sophia St-Jean qu’on retrouvera tous les jours Ludivine Reding dans le milieu hospitalier de Stat.

L’équipe de comédien.ne.s de Stat lors du lancement de programmation d’automne d’ICI Télé, le 30 août dernier
Crédit : Josie Desmarais / Métro

Après trois semaines de vacances idylliques avec son copain – avec qui elle a notamment voyagé en Grèce –, l’artiste a commencé à la mi-juillet son travail sur la fiction de Marie-Andrée Labbé, avec des lectures, des essayages et un mini-stage d’un jour en milieu hospitalier auprès d’une infirmière de sa connaissance, avec qui elle s’est notamment initiée au triage et mis un pied en salle de réanimation. «C’était super intéressant», spécifie Ludivine.

Et qui est donc cette Sophia St-Jean qu’on aperçoit brièvement dans les publicités de Stat depuis quelques semaines? Ludivine ne s’avance que sur la pointe des pieds, soucieuse de ne révéler aucune intrigue importante. On ne saura rien, par exemple, du triangle amoureux que laisse présager la bande-annonce entre son personnage, et ceux de Jacob Faubert (Lou-Pascal Tremblay) et Delphine Martin (Virginie Ranger-Beauregard). À moins qu’on se trompe…

«C’est quelqu’un qui a le syndrome de l’uniforme, note Ludivine au sujet de Sophia. Elle veut tout faire pour ses patients et se donne beaucoup dans son travail. Elle est très forte, fonceuse, et ne veut pas que les gens aient pitié d’elle. C’est peut-être quelque chose qui va la rattraper, de toujours faire comme si tout était correct, d’être là pour les autres, mais de ne jamais vouloir qu’on soit là pour elle.»

«On voit la réalité des infirmières à travers mon personnage», complète Ludivine, en encensant au passage la finesse et l’humour des textes de Marie-Andrée Labbé, ainsi que le savoir-faire de l’équipe technique sur le plateau, habituée au rythme saccadé d’une quotidienne.

Cadette du groupe d’interprètes de Stat, Ludivine Reding se dit en outre fière de partager des scènes avec des collègues qu’elle considère comme des monstres sacrés.

«Je n’en reviens pas d’avoir la chance de jouer avec Suzanne Clément, mentionne-t-elle. J’étais un peu intimidée, au début, mais elle est d’une générosité et d’une simplicité extraordinaires. C’est vraiment une grande actrice et une grande femme! Je me pince chaque jour d’avoir la chance de jouer à ses côtés. Et j’apprends beaucoup de gens comme Geneviève Schmidt et Patrick Labbé, qui ont l’expérience de la quotidienne [avec District 31, NDLR].»

Stat débutera le lundi 12 septembre, à 19h, à ICI Télé.

Besoin d’idées d’activités? Inscrivez-vous à notre infolettre Week-end!

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.