Débats

Ma 4e dose aux pays pauvres

vaccin covid 19
Photo: Istock/skodonnell

LETTRE OUVERTE – Il est difficile de se sentir indulgent envers les gouvernements néolibéraux qui ont détruit l’hôpital public et nous accusent aujourd’hui d’engorger les urgences. Il est difficile de trouver des excuses à l’improvisation actuelle au Québec quand on a entendu des médecins réputés dire sur les ondes de la télé publique dès le mois de novembre qu’en se basant sur les études récentes et en lisant les rapports venant d’Europe, on pouvait prévoir que le temps des Fêtes serait un moment où un grand nombre d’éclosions auraient lieu.

Le nationalisme sanitaire installe une compétition entre les États pour être les premiers à disposer d’équipements, de vaccins et de médicaments, ce qui occasionne une grande négligence envers les pays dits «en développement». Cela aura pour conséquence que les variants ne cesseront d’apparaître et réinstaureront un cycle infernal de nouvelles vagues, puis de vaccination, puis de nouvelles vagues. Ces montagnes russes ne font que fournir des arguments aux complotistes de tout poil.

On connaît pourtant la règle qui devrait être appliquée. L’OMS l’a dit. Il faut vacciner toute la planète, sinon ce sera à recommencer sans arrêt. Les gouvernements occidentaux, qui savent tout cela, ne font pas le geste qui s’impose : lever les brevets sur les vaccins, permettre aux États dits «du Sud» de fabriquer les vaccins à moindre coût.

La confiance de la population s’érode à raison parce que les profits passent encore avant la santé. En tout cas, ce jeu est loin d’être amusant, et j’estime que ma quatrième dose je dois la donner à un.e citoyen.ne des pays pauvres. Peut-être devrions-nous forcer ainsi les gouvernements à laisser le bla-bla pour agir selon des pouvoirs dont ils disposent et qu’ils refusent pourtant d’exercer.

Je sais ce que vous répondrez : que ça ne marche pas comme ça, qu’on ne peut pas transférer la dose que l’on refuse directement à quelqu’un qui en a besoin dans un pays éloigné, que l’on doit négocier avec les autres pays parce qu’on ne peut pas décider tout seul de lever les brevets, que ces pays pauvres n’ont pas les infrastructures pour distribuer rapidement ces vaccins, etc., toutes excellentes excuses pour perpétuer le paternalisme et ne rien faire comme c’est le cas depuis le début.

Mais la question n’est pas là, c’est un geste politique pour vous forcer à commencer quelque part. On peut ne pas attendre après les autres pays, on peut arrêter d’être paternalistes avec les pays pauvres, on peut lever les brevets, on peut demander aux pays pauvres de quoi ils ont besoin, car c’est eux qui le savent. Oui, il faut être les premiers à bouger.

C’est un geste politique pour vous rappeler que vous avez le choix :

  • continuer le nationalisme sanitaire accompagné du capitalisme pharmaceutique ;

ou bien

  • pratiquer la solidarité internationale pour lever les brevets, coordonner les efforts en lien avec l’OMS et diversifier les approches pour lutter contre la pandémie.

Faute d’effectuer le bon choix, vous nous condamnez à une dose tous les trois mois jusqu’à la fin des temps.

On vous prendra au sérieux quand vous le deviendrez. En attendant, ma quatrième dose, elle va à un pays pauvre.

Francis Lagacé

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet