Débats

L’Ukraine n’est pas la Tchétchénie

drapeau de l'Ukraine qui vole dans le ciel à Kramatorsk
Photo: Istock/Joel Carillet

LETTRE OUVERTE – Le premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu’une intervention armée de la Russie en Ukraine produirait «une nouvelle Tchétchénie». Pour la violence de l’éventuel affrontement, BoJo a peut-être raison, mais il semble oublier que les Russes ont battu les Tchétchènes (rappelons brièvement que les deux guerres menées sur une douzaine d’années par l’armée russe dans la petite république caucasienne de confession musulmane sont venues à bout des sécessionnistes), ce qui n’arrivera pas avec les Ukrainiens.

La Tchétchénie, dont la population se monte à seulement 1,5 million d’habitants, faisait partie de la Russie. Pour cette raison, les sécessionnistes n’ont pas été appuyés par la plupart des pays. L’Ukraine, quant à elle, est un pays indépendant de 45 millions d’habitants et soutenue militairement par les pays de l’OTAN.

Si le président Poutine donne l’ordre à son armée d’envahir l’Ukraine, elle ne fera pas face à des combattants faiblement équipés, comme en Tchétchénie, mais à des soldats conseillés par des militaires occidentaux et pourvus des armes les plus sophistiquées. Sans oublier que la Russie écopera de sévères sanctions de divers ordres si elle franchit la ligne rouge, ce qui, bien entendu, n’a pas été le cas lors des conflits russo-tchétchènes (au contraire, les États-Unis l’ont alors aidée financièrement).

Si la Russie s’en prend à sa voisine, elle le regrettera amèrement, parce que les Ukrainiens ne baisseront jamais pavillon. Et Poutine en paiera à terme personnellement le prix, car il sera chassé du pouvoir. C’est que les Russes n’aiment pas les perdants (losers en France).

Sylvio Le Blanc

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet