Débats

Lettre ouverte de victimes d’agressions sexuelles adressée au Pape François

La lettre ouverte a été rédigée en français, anglais et en italien.
La lettre ouverte a été rédigée en français, anglais et en italien. Photo: iStock
Gaétan Bégin, Roger Lessard, Shirley Christensen, Marc Bellemare, Alain Bellemare - Victimes d'agressions sexuelles et leurs avocats

TRIBUNE LIBRE – Nous sommes des victimes, et des avocats représentant des victimes d’agressions sexuelles
commises par des membres du clergé catholique au Québec. Dans les différents recours
que nous et d’autres collègues avocats menons, il y a plus de 2 500 victimes qui attendent
toujours d’obtenir justice devant les tribunaux québécois, et ce chiffre devrait augmenter
de façon significative dans les prochains mois.

Nous avons été sensibles à vos différents messages en faveur de la reconnaissance de la
souffrance vécue par les victimes d’agressions sexuelles, mais nous devons aussi vous
rapporter que vos paroles n’ont pas toujours été suivies par toutes les congrégations
religieuses et tous les diocèses du Québec. Certaines congrégations religieuses et certains
diocèses utilisent des manœuvres qui nous apparaissent aller à l’encontre des intérêts des
victimes et de vos déclarations.

Ces stratégies de défense peuvent conduire à des délais d’attente de plus de 10 ans pour
certains dossiers, sans nous interroger si certaines congrégations et certains diocèses
prennent en considération l’âge des victimes pour faire allonger les délais. Nous vous
informons que plusieurs victimes sont déjà décédées en cours de route, et que d’autres ne
connaitront pas non plus le sort de ces dossiers de leur vivant.

Ici, nous soulignons l’apport du gouvernement du Québec pour avoir enfin aboli le délai
de prescription en matière civile pour agressions sexuelles, qui était jusqu’en juin 2020 le
principal moyen de défense des congrégations religieuses et des diocèses, mais nous savons
qu’aux États-Unis certaines congrégations et certains diocèses ont payé des sommes
importantes pour mandater des lobbyistes afin que le délai de prescription soit maintenu.

Comment devons-nous alors concilier vos messages d’ouverture et de reconnaissance avec
ce sombre tableau qui est la réalité actuelle ?

Au-delà des prières, les victimes attendent des actes concrets. Pouvez-vous intervenir, pape
François, pour rendre rapidement justice aux victimes d’agressions sexuelles par les
membres de votre église, en donnant des instructions précises aux diocèses et aux
congrégations religieuses du Québec, et plus particulièrement pour la Congrégation de
Sainte-Croix, l’Oratoire Saint-Joseph, les Oblats de Marie-Immaculée, les Religieux de
Saint-Vincent de Paul, les Frères de la Charité et les Frères de l’instruction chrétienne.

Articles récents du même sujet