Entrepreneuriat

Haro sur la procrastination

Photo: Métro

Il existe plusieurs manières de perdre son temps. Quelle est la vôtre? Vous connaissez l’adage : ne remets pas à demain ce que tu peux faire aujourd’hui. C’est un conseil sage, mais ô combien ignoré ! Avez-vous tendance à perdre votre temps? Tentons de le découvrir aujourd’hui.

Il y a tout d’abord le procrastinateur classique, celui qui prend un temps fou pour décider de remettre à demain une tâche qu’il aurait pu exécuter en moins de deux minutes. Un client a demandé que vous le rappeliez, et vous craignez la crise. Vous prenez donc une heure avant de décider de mettre cet appel à l’horaire du lendemain. Imaginez comment ça se passera le lendemain si, de fait, le client est en colère…

Il y a le préparateur modèle, celui qui se dit qu’il ne peut pas travailler avec un bureau en désordre. Il prendra le temps de bien faire le ménage, de s’assurer que sa brocheuse est bien chargée. Rendu à midi, il sera enfin satisfait, mais aucune de ses tâches n’aura été exécutée pendant ce temps.

Il y a le bon Samaritain, celui qui rend service aux autres alors qu’il aurait une tâche à accomplir. Il aidera l’un à terminer une présentation. Il se portera volontaire pour distribuer le courrier. Il s’occupera d’un client qui attend une rencontre avec un vendeur. Et pendant ce temps, sa liste de choses à accomplir ne diminuera pas d’un iota.

Il y a ceux qui préfèrent crier à la catastrophe en disant que ça ne sert à rien, que c’est perdu d’avance. Ceux-là sont presque contents quand un projet échoue. Il leur suffit de dire «je vous l’avais bien dit», et ils se sentent lavés de tout blâme.

Il y a celui qui ralentit la cadence de peur de se retrouver sans travail dès l’après-midi. Il étire donc la sauce, sans penser à tous les projets qu’il pourrait avancer ou à tous les défis qu’il pourrait relever s’il venait à bout de ses tâches en cours.

Terminons avec l’expert en socialisation, celui qui va de meeting en meeting, sans égard à ce qu’il en retirera, en se disant qu’il fait du réseautage et que c’est bon pour l’organisation. Pendant ce temps, les tâches s’accumulent sur son bureau! Vous reconnaissez-vous dans un de ces exemples?

Sachez, si c’est le cas, que c’est à vous que vous nuisez le plus en n’accomplissant pas vos tâches et qu’il est fort possible que cette mauvaise habitude ait également des répercussions dans votre vie personnelle. Aujourd’hui, faites ce qui importe. Malgré la crainte, malgré la peur de ne pas être à la hauteur, malgré les activités faciles qui s’offrent à vous. Ce soir, vous serez fier de vos accomplissements.

Articles récents du même sujet