Formation et emplois

Gare aux menaces!

J’étais dans un restaurant du Centre-du- Québec et je tentais de me détendre tout en mangeant. Cependant, tout près de moi, une petite famille faisait de son mieux pour faire que ça n’arrive pas.

Il y avait le papa, la maman et le petit garçon. Alors que les deux premiers semblaient pressés de repartir, le petit garçon semblait éprouver un énorme plaisir à manger lentement, à goûter au maximum son burger et ses frites.

La mère le houspillait : «Pierrot, dépêche-toi! Pier­rot, si tu ne manges pas tout, on va devoir te laisser ici. Pierrot, veux-tu qu’on te laisse ici en quittant vers Montréal? Pierrot, dépêche!»

Plus la mère s’énervait et inventait les pires con­­séquences, plus l’enfant ralentissait la vitesse de sa mastication. Comprenez-le : pensait-il vraiment que sa mère allait l’abandonner à Drummondville? Plus la mère parlait et moins l’enfant s’en faisait…

Au travail
Pourtant, n’est-ce pas de cette manière qu’on agit trop souvent au travail? Un employé indispensable arrive en retard et on le menace de le mettre à pied s’il récidive. On annonce à un fournisseur dont on dépend qu’on cessera de s’approvisionner chez lui s’il ne baisse pas ses prix. On dit à un collègue dont on a besoin qu’on l’ignorera dorénavant s’il ne nous aide pas avec plus d’empressement.

Tout comme la mère de Pierrot, on fait des menaces qu’on ne mettra évidemment pas à exécution. Et pendant ce temps, notre crédibilité chute, et le désir des autres fait de même.

Exécuter ses menaces
Voici une règle à respecter si vos devez à l’occasion négocier avec d’autres personnes : à moins que vous n’aimiez vous tirer dans le pied, ne faites jamais de menaces que vous ne mettrez pas à exécution. Ça mine votre crédibilité. Ça nuit à votre image professionnelle. Ça vous fait passer pour un clown.

Ne faites des menaces que lorsque vous êtes prêt à les mettre à exécution et si, à ce moment, l’autre n’obtempère pas, allez de l’avant avec celles-ci. Vous l’aurez averti et vous ferez ainsi la preuve que vous ne parlez pas à travers votre chapeau. Vous gagnerez des points, et on apprendra à vous écouter davantage quand vous parlez.

Si, à 10 ans, Pierrot l’a compris, les gens qui vous entourent feront de même. Protégez votre capital de crédibilité. Apprenez à ne faire pression sur les autres que quand ça importe et quand vous êtes prêt à aller de l’avant.

Articles récents du même sujet