Formation et emplois

Retarder la retraite

Selon un rapport du Centre Info-retraite BMO, les départs à la retraite seraient retardés par la conjoncture.

Les baby-boomers canadiens ont le profond sentiment, depuis le début de 2009, que le fait de repousser la retraite de quelques années peut être la meilleure option en vue de s’assurer des revenus stables et réguliers.

Selon le sondage de BMO sur les tendances en matière de retraite réalisé en 2006, les baby-boomers canadiens prévoyaient travailler dans une certaine mesure une fois arrivés à l’âge de la retraite. La première raison invoquée était le souhait de «rester actifs mentalement». Ils affirmaient ensuite vouloir «rester en contact avec les gens».

Le désir de «gagner de l’argent» n’arrivait qu’en troisième place.

Changement de cap

Le dernier sondage de BMO sur la prolongation de la vie professionnelle in­dique qu’en 2009, les trois premières places ont été inversées : 89 % des préretraités et 84 % des retraités ayant participé au sondage ont affirmé que la principale raison pour laquelle ils envisageraient de retourner au travail serait de «gagner  de l’argent», le souhait de «rester actif mentalement» et de «rester en contact avec les gens» arrivant respectivement en deuxième et en troisième position.

Il n’a fallu que trois ans pour que ce changement radical s’effectue.

Selon le rapport,  «chaque baby-boomer ressentira différemment les effets du dernier revers économique, selon l’épargne qu’il a accumulée et sa situation personnelle. Il est crucial que les baby-boomers aient une bonne idée de leur situation. Il est recommandé de consulter son employeur, son fiscaliste et son conseiller financier pour avoir un portrait d’ensemble de sa situation.»

Articles récents du même sujet