Formation et emplois

Le déclin de l'empire médiatique

La presse écrite est en déclin, et plusieurs en tireront la conclusion trop rapide que le métier de journaliste est en voie de disparition. Ne serait-il pas plutôt en train de se transformer?

Il est vrai que les lecteurs préfèrent de plus en plus l’internet aux journaux papier. La publicité, qui a fait vivre la presse écrite si longtemps, suit maintenant les lecteurs sur la Toile. Les revenus des journaux diminuent donc constamment, et ces derniers font face à cette nouvelle situation de diverses façons. Certains, comme le Christian Science Monitor, ont aboli leur édition papier et ne paraissent plus que sur l’internet. D’autres, comme le Boston Globe, ont réduit leur tirage et coupé dans leurs dépenses. Dans les pires des circonstances, ils déposent leur bilan, comme l’a fait justement le Groupe Sun-Times Media, propriétaire du vénérable Chicago Sun.

Rien de cela n’est bon signe pour l’emploi. Pour 2008, le site américain Paper Cuts évalue à plus de 16 000 les emplois perdus à la suite de la fermeture ou de la restructuration d’un journal. Quelque 8?000 autres auraient déjà été perdus en 2009.

La situation au Québec

Au Québec, selon le Print Measurement Bureau (PMB), nos quotidiens ont aussi vu leur tirage baissé en 2008, particulièrement Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec et Le Devoir. C’est aussi le cas de la plupart de nos magazines. Il faut donc s’attendre, ici aussi, à des occasions moins nombreuses pour les nouveaux journalistes.

Le métier ne disparaîtra pas, pas plus que ne disparaîtra le besoin du public d’une information fiable et pertinente. Le journalisme survivra à la révolution internet comme il a survécu à la révolution audiovisuelle.

Néanmoins, la Toile, lorsqu’elle sera devenue le médium principal d’information, transformera le profil de compétences des journalistes. Un article récent de la Online Journalism Review, après avoir recueilli l’opinion de nombreux éducateurs, présente la liste des compétences que les nouveaux journalistes devront développer pour ce nouveau médium. D’abord, ils devront mieux connaître la production et l’édition audio-vidéo, si importantes sur le web. Ils devront aussi maîtriser les outils interactifs et savoir établir un dialogue avec leur lectorat, puisque ce dernier veut maintenant connaître celui qui transmet l’information. Enfin, ils devront assumer le rôle de guide pour aider le lecteur à trier les faits des rumeurs et les opinions fondées des simples impressions, puisque la Toile permet à tous de participer à la production de l’info.

La capacité à bien communiquer, oralement ou par écrit, demeurera essentielle, de même que la rigueur et la curiosité, qui caractérisent tous les bons journalistes.

Articles récents du même sujet