Formation et emplois

Aérospatiale: Confiance et croissance toujours au rendez-vous

L’aérospatiale apparaît comme une industrie malmenée par les fluctuations économiques. Pour tant, plusieurs entreprises réussissent à tirer leur épingle du jeu en faisant preuve d’avant-gardisme et en prouvant que des carrières stimulantes dans le domaine sont toujours possibles.
«Même si l’année 2009-2010 s’annonce moins prometteuse en matière de croissance de l’emploi, nous som­mes toujours à la recherche de talents pour renforcer nos équipes», fait savoir Benoît Beaulieu, vice-président en ressources humaines et efficacité organisationnelle, et agent à l’éthique chez L-3 MAS Canada.

Spécialisée dans l’entretien et la maintenance d’aéronefs, l’entreprise fournit à la Défense nationale des solutions novatrices pour prolonger le cycle de vie utile des CF-18, par exemple.
«On produit du neuf avec du vieux, vulgarise M. Beaulieu. On modernise les vieux appareils. On ajoute de 10 à 15 années à leur vie utile, ce qui permet au gouvernement canadien de faire des économies d’envergure.»

L-3 MAS Canada a également des contrats jusqu’en Australie et a même élargi son champ d’expertise afin d’assurer, sur une période de 20 ans, la gestion des activités d’entretien et de maintenance de la nouvelle flotte canadienne d’hélicoptères maritimes, qui entrera bientôt en service.  «L’industrie traverse des temps difficiles, et cela se répercute directement sur nos activités d’affaires», indique Maria Mandato, conseillère principale en communications chez Pratt & Whitney Canada (P&WC).

Mais au sein de cette entreprise reconnue pour ses activités dans la conception, la fabrication et l’entretien de moteurs équipant différents types d’avions et d’hélicoptères, c’est avec confiance qu’on envisage l’avenir : «Nous avons un engagement envers la croissance à long terme de l’entreprise. Le Centre aéronautique de P&WC à Mirabel accueillera deux nouvelles familles de moteurs en développement : le PurePower PW800 et le PurePower PW1524G, destinés à la CSeries de Bom­bardier. La construction du nouveau centre devrait créer une variété d’emplois supplémentaires dans les prochaines années.»

Une industrie québécoise d’importance
Le Québec compte plus de 200 entreprises liées à l’industrie aérospatiale, que ce soit par des activités de construction, d’entretien ou de réparation. Celles-ci se positionnent avantageusement sur l’échiquier mondial, où la Belle Province figure au sixième rang.

Le Comité sectoriel de main-d’Å“uvre en aérospatiale (CAMAQ) affirme que malgré des conditions économiques difficiles, la croissance de l’industrie demeure vigoureuse et importante. Dans ses dernières prévisions de main-d’Å“uvre, il indique que l’industrie aérospatiale qubécoise, qui comptait quelque 46 000 emplois permanents à temps complet en 2008, devrait en compter plus de 51 000 en 2010. Parmi les employés demandés, on cite les monteurs d’aéronefs, les mécaniciens d’entretien d’aéronefs, les mécaniciens en avionique, les techniciens en génie mécanique, les techniciens en génie aérospatial, les ingénieurs en systèmes informatiques et les ingénieurs en aérospatiale.

Des milieux de travail pour la génération montante
Les entreprises doivent ainsi planifier constamment leur relève pour maintenir leur niveau d’expertise et faire valoir leur créneau d’excellence sur le marché aussi bien local qu’international. C’est pourquoi elles gardent l’Å“il ouvert afin de repérer les candidats qualifiés et évoquent leur philosophie de gestion et leur ouverture aux valeurs de la génération montante.
«Sur le marché de l’emploi, L-3 MAS se distingue par son environnement de travail stimulant qui sollicite l’engagement, la collaboration et le dépassement de soi, affirme M. Beaulieu.

L’équilibre travail-famille y occupe une place de choix, et la culture organisationnelle s’articule autour de trois valeurs fondamentales?: l’agilité, le partenariat et le plaisir.»

De son côté, Mme Mandato fait ressortir l’inspiration, le dynamisme et l’efficacité du personnel de P&WC : «C’est grâce à cette passion qui anime nos employés que l’entreprise est devenue un chef de file respecté de l’industrie aéronautique. Ensem­ble, nous avons construit plus de 67 000 moteurs, utilisés dans plus de 195 pays. À l’heure actuelle, nous sommes le plus important investisseur en recherche et développement de l’industrie aéronautique canadienne, et nous collaborons avec plusieurs universités, d’un océan à l’autre.»   
    
Cette chronique est un service de Septembre éditeur

Articles récents du même sujet