Formation et emplois

Des éloges pour mieux réussir

Les encouragements des parents pourraient faire toute la différence.

Selon un récent sondage Ipsos-Reid pour les Centres Kumon de mathématiques et d’anglais, 86 % des parents d’enfants âgés de 5 à 15 ans qui obtiennent des notes supérieures à la moyenne utilisent plus souvent les éloges pour motiver leurs enfants à faire leurs devoirs. Les répondants ont mentionné certains avantages reliés à cette méthode : les enfants sont conscients de l’importance des devoirs, ils les font plus rapidement et ils sont motivés à obtenir de meilleures notes à l’école.

«Les éloges reçus pour de vraies réalisations accentuent l’importance de l’apprentissage et contribuent à améliorer la confiance des enfants en leurs capacités, affirme Dre Donna McGhie-Richmond, spécialiste pédagogique pour les Centres Kumon. Les éloges engendrent la réussite et encouragent les enfants à aspirer à de meilleures notes.»

Bannir le renforcement négatif
Toutefois, près de 11 % des parents interrogés choisissent les punitions, comme le retrait de certains privilèges, si les enfants ne font pas leurs devoirs. Les répondants qui utilisent la punition comme motivation n’ont pas constaté d’amélioration dans les résultats de leurs enfants.

Même si cette stratégie fonctionne d’une certaine façon, car les enfants font leurs devoirs, bon nombre de parents affirment qu’elle entraîne des répercussions négatives, comme des disputes et du mécontentement. Les résultats indiquent que cette approche ne permet pas à l’enfant de se perfectionner.

«L’utilisation de la punition pour motiver un enfant à faire ses devoirs minimise souvent l’importance des études, explique Dre McGhie-Richmond. La réussite scolaire semble être associée plus à l’obéissance qu’à la valeur de l’apprentissage. Les parents doivent prendre le temps de communiquer de façon concrète et constante l’importance qu’ils accordent à l’éducation.»

Ce sondage a été effectué en ligne du 6 au 10 avril auprès de 1 024 adultes canadiens. La marge d’erreur est de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20. 

Articles récents du même sujet