Formation et emplois

Jongler avec plus d'une offre d'emploi

Vous venez de passer une entrevue et l’employeur vous contacte aussitôt pour vous proposer le poste! Maintenant que vous avez été choisi parmi les meilleurs, vous ne savez que faire, car vous attendez une réponse imminente concernant d’autres offres encore plus intéressantes.

Gagner du temps
Un chercheur d’emploi a le droit de prendre le temps d’analyser les conséquences d’une proposition sur sa carrière. Il est rare qu’un employeur retire une offre au candidat de son choix parce qu’il lui demande une période raisonnable de réflexion.
Mentionnez à l’employeur que vous êtes ravi d’avoir été sélectionné et que vous souhaitez obtenir un délai pour y réfléchir. Voici deux façons de faire :

  • Vous lui dites que vous voulez prendre le temps (une journée ou deux) de peser le pour et le contre du poste et d’analyser les détails de l’offre qu’il vous propose.
  • Avant de donner votre réponse définitive, demandez une rencontre pour obtenir des précisions sur certaines conditions de travail, comme votre statut (cadre/ non-cadre), la durée de votre travail (38 h), la convention collective dont vous dépendrez, les clauses de mobilité et de non-concurrence, la durée de votre période d’essai et de votre préavis, etc.

Si l’employeur accède à votre demande, contactez sans tarder le ou les autres employeurs et demandez à connaître leur décision concernant votre candidature. Si vous obtenez d’autres propositions durant cette période, vous pouvez tenter d’obtenir les meilleures conditions contractuelles possible. Puis, comparez les emplois en fonction de tous les critères. Si vous prenez votre décision avant la fin du délai accordé, n’étirez pas l’attente inutilement, et faites-en part à l’employeur immédiatement pour qu’il puisse poursuivre ou mettre fin à son processus de recrutement.

Accepter l’offre d’emploi
Si vous acceptez son offre, annoncez au recruteur votre réponse et confirmez-lui par écrit votre décision. En retour, demandez toujours une copie écrite de l’offre d’emploi. Il n’est pas nécessaire d’exiger tout de suite un contrat officiel. Il peut s’agir d’une lettre d’intention précisant les termes de votre em­bauche et mentionnant les éléments généraux de l’entente, comme le salaire, la date d’entrée en fonction ou tout autre avantage qui a été négocié. Surtout, ne posez pas de geste que vous pourriez regretter, comme celui d’annoncer votre départ à votre employeur actuel avant d’avoir reçu le document. Tant que vous n’avez pas en main la lettre, vous pouvez poursuivre vos démarches d’emploi.

Refuser l’offre avec doigté
Si, après mûre réflexion, vous ne souhaitez pas être embauché par l’entreprise, déclinez l’offre. Il ne faut pas avoir peur de refuser un emploi. L’employeur ne se mettra pas à pleurer ni à se taper la tête contre les murs. Si vous avez un cas de conscience, les entreprises, elles, en ont rarement. Le marché de l’emploi est très compétitif et les recruteurs le savent. Dites-vous qu’ils préfèrent de loin un candidat qui se désiste à cette étape plutôt qu’une fois dans l’entreprise.
Quoi qu’il en soit, restez toujours en bons termes avec eux. Et si votre intention est sincère, vous pouvez leur mentionner :

  • que vous avez eu plaisir à traiter avec eux;
  • qu’ils peuvent conserver votre CV;
  • que vous les contacterez quand vous aurez encore plus d’expérience.

Dans un contexte de pénurie de main-d’Å“uvre, il est possible que vous soyez confronté à plus d’une offre d’emploi. Si c’est le cas, il ne faut pas hésiter à susciter des propositions navantageuses d’offres concurrentes.

Cette chronique est un service de Septembre Éditeur.

Articles récents du même sujet