Formation et emplois

L'art de bien communiquer

Catherine Girouard - Métro

L’école d’animation et de communications Stéphan Roy vient d’ouvrir une nouvelle division, le Centre de formation en communication du Québec. L’école offre dorénavant des cours à tous ceux qui désirent améliorer leurs performances en communication.

Métro s’est entretenu avec Stéphan Roy, spécialiste en communication, animateur de radio d’expérience et fondateur de l’École d’animation et de communications Stéphan Roy.

Qu’est-ce que l’art d’une bonne communication?
C’est la pierre angulaire du bon fonctionnement d’une entreprise. Quelqu’un qui parle et communique bien, ce n’est pas quelqu’un qui parle avec des mots de trois pieds de long, c’est quelqu’un qui s’adapte à son interlocuteur et utilise les bons mots pour exprimer ce qu’il veut dire. On a tendance à être très approximatif ici. On dit : «Donne-moi la patente, la chose, la bébelle.» Mais il y a plus de 60 000 mots dans le dictionnaire français. La communication demande un effort. Apprendre à bien communiquer est un bon investissement; à talent égal, un employeur choisira le candidat qui communique le mieux.

Qu’est-ce qu’offre le Centre de formation en communication du Québec?

C’est un centre de formation personnalisé ouvert à tous ceux qui souhaitent améliorer leurs perfor­mances en communi­ca­tion. Notre leitmotiv, c’est de revenir à la base et de personnaliser les communications. Les gens ont maintenant plus de facilité à étaler leur vie sur Facebook qu’à entretenir une conversation avec quelqu’un au restaurant.

Grosso modo, les cours peuvent vous apprendre à produire et livrer un discours, à improviser, à développer votre sens de la répartie, à utiliser la pause, à structurer votre message et à parler sans détour, ou encore à faire des relations médias. On émet des attes­tations de formation, mais les gens suivent davantage nos cours pour leur dévelop­pement personnel que pour le papier. Nos formations permettent aussi à certains de répondre à des critères pour obtenir une augmentation de salaire, par exemple.

Qu’est-ce qui vous a poussé à mettre sur pied ce nouveau centre de formation?
J’ai d’abord créé ce centre par passion pour les communications. Aujourd’hui, tout le monde a sa définition et sa recette de communication; le mot est galvaudé, et on ne prend plus le temps de planifier les communications en entreprise. Il y a même des employés qui appren­nent par les journaux que leur entreprise ferme ou change de propriétaire.

Il faut aussi dire que le Québec a encore beaucoup de chemin à faire du côté des communications… Bien parler est parfois mal perçu, comme si on voulait se donner un air en s’exprimant correc­tement. J’ai parfois l’impression que pour être vu comme un bon Québécois, il faut avoir un blasphème à insérer dans une conversation.

Pour plus de renseignements, visiter le site de L’école d’animation et de communication Stéphan Roy.

Articles récents du même sujet