Formation et emplois

Certificat de stylisme ongulaire: Sur mesure et à la fine pointe de la technologie

Catherine Girouard - Métro

Le temps où les manucures étaient réservées aux événements spéciaux est révolu. De plus en plus de femmes ont inséré cette cure beauté dans leurs habitudes, au grand plaisir des stylistes ongulaires. Mais popularité grandissante rime avec perfectionnement croissant des techniques. C’est dans cette perspective que la styliste ongulaire française Frédé­rique Cotty, tout juste débarquée de France, a ouvert son école d’onglerie – l’École d’onglerie Frédé­rique Cotty – à Laval en novembre.

Elle y enseigne les techniques au gel-UV, techniques à la fine pointe de la technologie, selon la formatrice. «Certains salons utilisent déjà le gel-UV au Québec, mais ils sont encore rares», explique Mme Cotty, ajoutant que cette technique est bien connue en France.

Selon la diplômée de l’École de Paris, l’un des avantages de la technique qu’elle enseigne est de permettre d’adapter la forme de l’ongle à celle des mains et des ongles de chaque cliente. «Les ongles au gel-UV sont plus personnalisés, affirme-t-elle. Le produit est aussi beaucoup plus joli, est de grande qualité et donne un aspect complètement naturel et très brillant à l’ongle.»

Une courte formation sur mesure
La durée des formations de l’École d’onglerie Frédé­rique Cotty varie entre une journée et deux semaines, s’adaptant aux besoins des élèves. «Certaines personnes travaillant déjà comme stylistes ongulaires viennent seulement faire une mise à niveau et apprendre la technique de gel-UV, explique la formatrice. D’autres partent de zéro et peuvent s’inscrire à une ou deux sessions de formation d’une semaine chacune.»

La première session porte sur l’initiation au gel-UV et le perfectionnement de la technique (650 $), alors que la deuxième va plus loin en enseignant  diverses techniques de réalisation au gel-UV (1 200 $).  Les stylistes y apprennent alors des techniques de maquillage et de design. À l’issue de la formation, les étudiants reçoivent un certificat de formation en stylisme ongulaire.

«Ce certificat n’est pas reconnu par le gouvernement du Québec, mais prouve qu’une personne a les compétences et les connaissances nécessaires pour exercer ce métier», fait valoir Frédérique Cotty, dont la formation personnelle est quant à elle officiellement reconnue.

Articles récents du même sujet