Formation et emplois

Profiter du moment à Caracas ou à Montréal

Une fois par mois, Métro
propose, en collaboration avec le projet Alliés
Montréal de la Conférence régionale des élus de Montréal (CRÉ), des
portraits de personnes immigrantes qui ont réussi à s’intégrer dans leur
milieu de travail.

Peu importe où elle se trouve, Mary Angelica Adrian profite de toutes les bonnes choses que la vie lui offre. «Ce n’est pas mieux à un endroit ou à un autre. C’est différent, c’est tout.» Ainsi, elle souffre rarement de nostalgie, même quand elle pense au Venezuela, son pays d’origine, qu’elle a quitté en 2005 pour s’installer au Canada avec son mari et ses deux enfants, âgés maintenant de 12 et 6 ans.

Mary a étudié près de Caracas et a ensuite travaillé comme technicienne en informatique au Venezuela pour une institution financière. C’est pour vivre dans un pays plus paisible ainsi que pour les possibilités de travail qu’elle est venue s’installer à Montréal avec sa famille. «Là-bas, j’étais inquiète et je ne dormais pas lorsque mon mari sortait de la maison le soir pour aller faire son travail. Ici, je dors très bien et je me sens plus détendue! Même que, au Venezuela, quand on va au centre d’achats, par exemple, on se dépêche pour fermer et verrouiller les portes de la voiture. Ici, il m’est déjà arrivé d’oublier!»

Arrivée en mai 2005, elle a découvert le printemps avec plaisir… tout en étant anxieuse à l’idée que l’hiver allait venir. En fin de compte, elle s’est vite adaptée aux changements de saison. Elle aime les couleurs de l’automne, ainsi que les activités hivernales, qu’elle et sa famille attendent toujours avec plaisir. C’est au Québec qu’elle s’est initiée au ski. «Mais je ne suis pas rapide! Mes enfants sont bien meilleurs que moi!»

En arrivant ici, elle a d’abord travaillé chez Motorola, puis a trouvé un emploi de consultante en informatique chez CGI. Elle a commencé à apprendre le français grâce à un programme gouvernemental et elle continue à apprendre la langue en formation continue par le biais de la compagnie. «Mes collègues aussi m’aident beaucoup à m’améliorer. La clef, ce sont les gens qui travaillent avec toi. Avec de bons collègues, ça rend les choses faciles.»

Tout est dans le regard
La première année d’immigration reste la plus difficile, mais l’important, précise Mary, est la façon dont on regarde les choses. «Ici, j’aime tout. Les rues, c’est beau. L’hiver, c’est beau. Les plages sont différentes, moins salées, mais c’est très bien aussi!» À part sa famille, rien ne semble manquer à cette épicurienne.

Elle retournera bientôt en vacances dans son pays pour voir la parenté, mais n’y va pas aussi souvent qu’elle le souhaiterait, faute de temps et parce qu’il y a trop de choses à voir ici, nous avoue-t-elle. « Il y a tellement d’activités et de lieux à visiter! Et beaucoup de beaux endroits où on peut faire du camping. Le parc Gatineau, c’est incroyable et j’ai le projet d’aller voir aussi la Gaspésie et Tadoussac.» Entre deux séjours à la cabane à sucre, qu’elle adore…

Sa seule ambition est de profiter de chaque instant. «Si la vie me fait cadeau d’autre chose, d’accord, je le prendrai, mais je suis contente de ce que je fais présentement. C’est sûr qu’on doit faire un plan de vie, mais si tu fais un plan de vie trop strict,tu ne verras  jamais les différentes options qui se présentent à toi.»

L’émission de Radio Canada International Tam-Tam Canada a produit une version radio de ce reportage que vous pouvez trouver sur le site web de l’émission au www.rcinet.ca/francais. Aussi diffusé en direct aujourd’hui à 14 h 05, sur la radio web de RCI, sur la radio satellitaire Sirius sur la bande 95 et le lendemain à 4h au 95,1 FM.

Articles récents du même sujet