Formation et emplois

Techno et tricherie font bon ménage

Avec l’avènement des nouvelles technologies, la tricherie se répand et évolue au sein des établissements canadiens. Selon le Conseil canadien sur l’apprentissage (CCA), la situation est telle qu’enseignants et élèves ou étudiants ne s’entendent pas sur ce qui constitue de la tricherie.

Près de 73 % des étudiants de première année d’un bout à l’autre du Canada admettent avoir commis au moins un acte grave de malhonnêteté scolaire pendant leurs études secondaires. Près de 60 % admettent même avoir triché gravement dans le cadre d’examens au secondaire.

Tels sont les résultats d’une enquête réalisée auprès de 20 000 étudiants de 11 établissements d’enseignement postsecondaire canadiens.

La tricherie ne s’arrête pas au secondaire. Une université canadienne affirme que les cas de tricherie dans son établissement ont augmenté de 81 % entre 2003 et 2006. Ceux de plagiat à partir de l’internet ont même presque triplé.  

Articles récents du même sujet