Formation et emplois

De la science à la confection de vêtements

On connaît bien sûr les designers de vêtements de mode, mais on connaît beaucoup moins, voire pas du tout, ceux qui confectionnent les vêtements techniques. Et pourtant, ces derniers conçoivent des ensembles techniques ou de performances comme ceux des athlètes olympiques, ou encore des professionnels de la santé exerçant dans le milieu de la médecine nucléaire.

Pour répondre à une demande de l’industrie du vêtement, le Collège LaSalle proposera dès le mois de janvier une nouvelle formation intitulé AEC Design de vêtements techniques. Ce programme, qui s’inscrit dans le prolongement de la formation des designers de vêtements (de mode, NDLR), est accessible aux étudiants ayant déjà terminé un diplôme en design de mode ou à des personnes qui travaillent et qui possèdent déjà une expérience reconnue dans l’industrie et qui sont intéressées par les vêtements techniques.

«L’objectif de ce program­me est de répondre à un besoin du marché, celui de développer des produits qui sont techniques et qui ont des méthodes de confections plus élaborées», détaille François Bousquet, directeur de l’École internationale de mode du Collège Lasalle à Montréal.

Au Québec, nous sommes réputés dans la réalisation des tenues de pompiers, par exemple, car ce sont des vêtements de protection. Mais il n’y avait pas vraiment de formation. On apprend au fil du temps les particularités de ce type de conception.» L’idée, avec ce programme, est donc claire : former des designers prêts a intégrer une entreprise et étant performants dans la réalisation des vêtements techniques.

Au cours des deux sessions de soir, les étudiants apprendront les méthodes de conception d’un vêtement technique et l’utilisation de machines spécialisées. «Contrairement aux vêtements de mode, qui demandent une recherche conceptuelle, le vêtement technique, lui, a des composantes scientifiques dans sa conception, tant au niveau de l’ergonomie que dans la  performance du textile, précise Anne Vigneault, directrice générale du techno-espace laboratoire technologique du vêtements. Ces textiles requièrent également des machines différentes des machines à coudre traditionnelles. Ici, au laboratoire, nous avons des machines qui permettent de sceller ou de fusionner les coutures. Ce sont des techniques qui sont utilisées, mais qu’on a moins l’habitude de voir.»

Pourquoi sceller les coutures?
détail. Pour imager un peu ce à quoi peut bien servir le scellage des coutures, M. Bousquet prend l’exemple des tenues militaires. «Le problème qui a été rencontré avec les tenues des soldats, c’est que le textile est performant, puisqu’il bloque la chaleur du corps humain, qui ne peut ainsi être détecté à l’infrarouge. Toutefois, quand les vêtements étaient cousus, l’aiguille laissait des trous. Donc, le soldat était camouflé par le tissu, mais ses vêtement étaient perméables à cause de la couture. Avec la méthode du scellage, cela permet une fusion des coutures qui rend la tenue totalement hermétique.»

Articles récents du même sujet