Formation et emplois

Quand les parents sont les pivots de l'orientation

Quand l’heure des grands choix sonne, les parents sont souvent inquiets quant à leur rôle dans cette étape de la vie de leurs enfants et se posent un tas de questions. Afin d’aider les parents dans leur rôle, il y a la sixième Semaine québécoise de l’orientation, qui se tiendra dès dimanche et jusqu’au 13 no­vembre, et qui aura pour thématique «Pour aider son enfant à s’orienter/reconnaître et écouter». Métro s’est entretenu avec Laurent Matte, président de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation.

Qu’est-ce que la Semaine québécoise de l’orientation?
Au départ, c’est une initiative de l’ordre pour sensibiliser le public au besoin de l’orientation et aux ressources qui permettent de répondre à ce besoin. Souvent, on s’imagine que l’orien­tation consiste unique­ment à faire un choix de cours en secondaire 5. Mais ce n’est pas uniquement ça.

Pourquoi a-t-on besoin de sensibiliser les gens à l’orientation?
Souvent, comme je l’ai dit, on va limiter la question de l’orientation à un choix de cours ou de formation. Alors que toute la réflexion sur soi-même, la construction de son identité, la recherche de correspon­dances de son identité personnelle dans le monde professionnel font partie de l’orientation. Tout celà, c’est de l’orientation en continu tout au long de la vie. Ça arrive même quand on a choisi un programme d’étude, mais qu’on veut choisir un type de milieu d’emploi. Ou lorsqu’on veut changer d’emploi.

Pourquoi avoir choisi ce thème cette année?
C’est pour aider les parents à prendre conscience du rôle qu’ils peuvent jouer dans l’orientation de leurs jeunes. Notre sondage auprès des comités de parents nous a permis de voir que la plupart d’entre eux sont préoccupés et se disent même très in­quiets concernant l’orientation de leur jeunes. Notre but était de faciliter les choses pour les parents sur ce plan.

Quel rôle les parents ont à jouer dans l’orientation des enfants?
Ils ont un rôle primordial et unique à jouer dans la construction de l’identité des jeunes. Simplement en reflétant, en écoutant, en prenant acte de ce que fait un jeune et en lui disant par exemple : «Dans ce projet-là, tu as bien réussi, ça montre que tu es un bon organisateurs» ou «Je vois que tes amis se fient beaucoup à ton sens du leadership pour prendre des décisions». En reflétant ce qu’on voit, on peut aider le jeune à se construire une image plus solide. Souvent, les parents pensent que leur rôle dans l’orientation est de donner des tonnes d’informations ou de poser un jugement afin d’éviter à leur enfant de commettre des erreurs.

Qu’est-ce que les parents trouveront dans le salon que vous organisez?
Ils pourront assister à des conférences. C’est aussi un moment qui leur est donné pour réfléchir sur la manière de jouer leur rôle. C’est également l’occasion pour eux de rencontrer des parents qui vivent la même chose qu’eux.

6e Semaine québécoise de l’orientation
Du 7 au 13 novembre

Articles récents du même sujet