Formation et emplois

Changer le monde petit à petit

François Lahaise a toujours voulu changer le monde et développer ses propres idées. Agent de communication au Centre d’action bénévole de Montréal (CABM) depuis six ans, l’homme de 49 ans affirme suivre ces grands principes qui guident chaque aspect de sa vie. Son travail dans le milieu communautaire fait cependant partie d’un parcours qu’il ne s’attendait pas à suivre. «Je suis arrivé dans le communautaire par la bande. J’ai fait différents métiers jusqu’au début des années 2000 lorsque j’ai entrepris un certificat en publicité à l’Université de Montréal. Je voulais travailler dans une agence de publicité comme concepteur rédacteur pour des entreprises comme Coke ou McDonald.»

Pour diverses raisons, les rêves du diplômé dans le secteur publicitaire ne se concrétiseront jamais. Un poste d’agent de communication au Centre d’action bénévole de Montréal attire son attention, comme celle de 280 autres personnes. «Je ne me dirigerais pas nécessairement vers le communautaire, mais j’avoue que je suis beaucoup plus content et heureux ici que dans une agence de publicité, parce que plutôt que de vendre des produits de consommation souvent nuisibles à l’environnement et superflus, je fais la promotion de l’entraide. Je suis aussi écologiste. Alors, j’aurais peut-être été à un moment donné en conflit d’intérêts.»

Le Centre d’action bénévole de Montréal est un organisme communautaire qui aide plus de 1 000 organismes sans but lucratif à trouver des bénévoles. Pour atteindre cet objectif, François Lahaise tente de rejoindre la population par l’entremise des médias auprès desquels il sollicite des espaces publicitaires gratuits. Il tente également de maximiser la présence du CABM sur internet. La mise au point récente d’un moteur de recherche web est probablement le plus beau fleuron de cet agent de communication. Ce widget/moteur de recherche sur http://cabm.net/fr/widget est présentement en rotation sur plusieurs dizaines de sites web et devrait apparaître sous peu sur plus de 25 sites d’entreprises du secteur de l’information.

«Depuis deux ans, il y avait environ 700 visiteurs par jour sur le site du CABM. Avec le widget, on est passé à une moyenne d’environ 7 000», indique-t-il, ravi. «La personne qui veut absolument gagner un salaire élevé ne travaillera probablement pas dans le communautaire, ajoute-t-il, manifestement heureux de sa situation. Les gens qui travaillent dans le communautaire le font tout simplement parce qu’ils ont espoir d’un monde meilleur.»

Articles récents du même sujet