Formation et emplois

La thanatologie: Tournée vers l'avenir

En septembre dernier, la Corporation des thanato­logues du Québec annonçait la création d’une nouvelle école de formation. Une nouvelle surprenante, puis­que depuis les années 1970, le Collège de Rosemont propose le seul diplôme collégial en technique de thanatologie au Québec.

«Nous n’avons pas la même mission que le collège de Rosemont, ex­plique René Goyer, président de la Corporation des thanatologues du Québec. Il n’est pas question pour nous de former des thanatopracteurs. Ce qui nous intéresse, c’est de donner aux professionnels des rites funéraires une formation qui tienne compte des nouvelles réalités».

C’est que le monde funéraire a vécu bien des bouleversements ces dernières années. Fini le temps où tout le monde était catholique, se faisait exposer au salon funéraire et était enterré au cimetière après un détour à l’église pour la cérémonie. Désormais, de nouveaux rites, de nouvelles techniques, de nouveaux produits ont modifié le paysage funéraire du Québec. Des questions qui étaient absentes de la profession il y a quelques années, comme le respect de l’environnement, la pluralité religieuse, les nouvelles technologies, sont maintenant au cÅ“ur des nouvelles pratiques.

«La profession a beaucoup évolué, fait valoir M. Goyer. Le conseiller en famille – celui qui guide et conseille les familles et les proches tout au long du deuil – occupe de plus en plus de place dans notre profession. Notre formation en tient compte en abordant des thèmes comme le deuil et l’enfant, l’internet et le milieu funéraire, l’accueil des endeuillés dans les premiers moments, etc.» 

Les collèges s’adaptent aussi
Mais il n’y a pas que la Corporation qui s’adapte à cette nouvelle réalité, les collèges ont réagi eux aussi rapidement en offrant une AEC qui se spécialise dans la formation des conseillers en famille et en préarrangements funéraires. Une preuve du dynamisme de l’industrie. Et malgré le silence et les tabous entourant le domaine de la mort, la profession attire de plus en plus de jeunes. «Il y a quelques années, effectivement, il y avait peut-être une méconnaissance de notre travail, mais ce n’est plus le cas. Plusieurs jeunes sont maintenant intéressés par les défis qu’offre la profession», ajoute le président de la Corporation.

Et si le taux de placement de 100 % des finissants en technique de thanatologie du Collège de Rosemont est représentatif des possibilités d’emploi dans ce secteur, ils devraient être plusieurs à s’y joindre dans les prochaines années.

Articles récents du même sujet